La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Ernest Pignon-Ernest

de André Velter
Une force qui va Depuis le milieu des années 60, Ernest Pignon-Ernest mène une aventure artistique unique par son mode opératoire et son usage de la beauté comme vecteur de vérité. Nouvelle édition augmentée de sa grande monographie. Avec Ernest Pignon-Ernest l’art surgit où on ne l’attend pas, n’est plus cette « sale petite chose à marchands » qui irritait considérablement Joseph Delteil. Il consiste en interventions dans l’espace public, qui métamorphosent des lieux et révèlent des événements. « Je ne fais pas des œuvres en situation, j’essaie de faire œuvre des situations  » a-t-il l’habitude de dire. Avec ses figures humaines représentées en pied et grandeur nature, il est l’un des pionniers d’un art urbain qui n’est ni graffiti ni street art mais qui combine étroitement le dessin, la sérigraphie, l’installation...
juillet 2022
Le Matricule des Anges n°235

Mine de rien

de Rim Battal

À corps perdu

Nue dans l’éclat de sa mise en œuvre, la poésie de Rim Battal se noue autour d’un amour de la vie fardé de perversité candide. C’est mine de rien qu’elle donne à son verbe la courbe des orages et la couleur des ciels qui frissonnent. Mine de rien qu’elle instille la foudre lente et tendre de ce qu’il faut bien appeler un effet Battal. Car comment qualifier autrement la part agissante de sa poésie, sa puissance érotico-poétique, son ivresse tactile, l’insolence fauve de son penser-sentir ? Un effet dont on peut juger...
avril 2022
Le Matricule des Anges n°232

Les Heures

de Anne-Marie Beeckman

Les Heures, d’Anne-Marie Beeckman

Bergère des rêves que le regard poursuit derrière les apparences, Anne-Marie Beeckman ramène l’esprit à l’aube des choses et rend le monde à ses racines sensibles. Dans Les Boîtes trembleuses, Les Peintures, ou L’Amante érectile elle donnait déjà corps à la dimension non-visible des choses, prouvait, à sa façon, que l’imaginaire n’est que du réel éclairé d’autre façon que l’habituelle....
avril 2022
Le Matricule des Anges n°232

Leçon de ténèbres

de Dominique Preschez

Un chant des paroxysmes

Dans un livre posthume, Dominique Preschez nous donne quatorze histoires hantées par la malédiction d’écrire, l’irrémédiable et le goût de l’absolu. Entrée dans sa propre nudité, une voix module ce qui ne peut être dit que dans le vertige de sa mise en abyme et par le recours aux ténèbres. Une voix qui entre en communion avec la nuit, ne cesse d’approcher le scandale de la vérité du désir de l’Homme, de montrer que la monstruosité de certains actes ne se situe pas hors de l’humain mais représente l’une de ses potentialités terrifiantes....
avril 2022
Le Matricule des Anges n°232

Riyad

de Jean Guerreschi

Autres seins

de Jean Guerreschi

Courbes et contre-courbes

Dans Riyad, Jean Guerreschi lace et délace les nœuds invisibles qui lient la vie et les signes. Et dans Autres autres Seins, il clôt la trilogie qu’il a consacrée à la figure de proue du champ de gravitation du désir. Il est des jours où la fatigue se mêlant à une lourde pesanteur d’âme, on se sent s’enfoncer dans une forme d’impuissance. Comme en ce jour où le narrateur, en partance pour le Maroc, ne peut s’empêcher de penser qu’il est en train de vivre « le matin du jour qui ne serait suivi d’aucun autre jour ». Mais malgré ce qui semble être l’annonce prémonitoire de sa mort, il ne change rien à son...
avril 2022
Le Matricule des Anges n°232