La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Richard Blin

Message Envoyer un message

Articles

Ernest Pignon-Ernest

de André Velter
Une force qui va Depuis le milieu des années 60, Ernest Pignon-Ernest mène une aventure artistique unique par son mode opératoire et son usage de la beauté comme vecteur de vérité. Nouvelle édition augmentée de sa grande monographie. Avec Ernest Pignon-Ernest l’art surgit où on ne l’attend pas, n’est plus cette « sale petite chose à marchands » qui irritait considérablement Joseph Delteil. Il consiste en interventions dans l’espace public, qui métamorphosent des lieux et révèlent des événements. « Je ne fais pas des œuvres en situation, j’essaie de faire œuvre des situations  » a-t-il l’habitude de dire. Avec ses figures humaines représentées en pied et grandeur nature, il est l’un des pionniers d’un art urbain qui n’est ni graffiti ni street art mais qui combine étroitement le dessin, la sérigraphie, l’installation...
juillet 2022
Le Matricule des Anges n°235

Une inexistence joyeuse

Loin de l’image de la recluse frustrée et malheureuse, la vie d’Emily Dickinson (1830-1886) fut celle d’une nature ardente et rebelle dont le moi sauvage ne cessa d’osciller entre extase et angoisse. À l’image de sa poésie. Elle intrigue, elle fascine, elle inspire, Emily Dickinson. Jerome Charyn la réinvente en lui donnant une voix dans La Vie secrète d’Emily Dickinson (Rivages, 2013), Christian Bobin rêve autour de sa biographie dans La Dame blanche (Gallimard, 2007) ; Dominique Fortier, dans Les Villes de papier (Grasset, 2020), imagine sa vie intérieure tout en tissant une intéressante réflexion sur le...
mai 2022
Le Matricule des Anges n°233

Une Saison dans le roman. Explorations modernistes : d’Apollinaire à Supervielle (1917-1930)

de Emilien Sermier

Le roman réinventé des années vingt

Au cœur des Années folles, des poètes partent à l’aventure du roman. Expérimentant les formes romanesques selon des formules insolites, ils participèrent au renouvellement mondial du genre. Émilien Sermier, dans un essai aussi riche qu’informé, les réhabilite. Parmi les angles morts que présente l’histoire littéraire, il en est un que l’euphorie des Années folles – celles de la vitesse, de la volupté, du progrès technique, des avant-gardes – mais aussi le prestige historique dont jouit le surréalisme et l’anathème jeté par Breton contre le roman, a longtemps maintenu dans l’ombre. Au cœur de ce XXe siècle qui commençait véritablement, Émilien...
mai 2022
Le Matricule des Anges n°233

Le Mot orage

de Constance Chlore

Le Mot orage, de Constance Chlore

Entre éparpillement et harmonie, souffrance de l’épars et don de renaissance, une conscience poétique s’interroge sur l’amour, le monde, le poème. L’amour tel qu’il peut fulgurer sur le fond de sa perte, le monde tel qu’il va et auquel il est impossible d’acquiescer, et le poème tel qu’il se détruit ou s’écrit. Ce qu’elle a perdu, ce qu’elle a ouvert, ce qui s’ouvre, tous ces champs...
juillet 2022
Le Matricule des Anges n°235

Au feu du désir même

de André Velter

La langue en chaleur

Quand André Velter et Ernest Pignon-Ernest s’associent pour décliner les voluptés de l’amour vécu avec amour, le livre se fait fête et festin. Quand on est, comme André Velter, mû par la soif de connaître, la disponibilité à l’inconnu, la quête de la jubilation physique et mentale, on peut faire voyage de tout. « Chaque voyage est un coffre à secrets / Qui se force par hasard / Pour une aube au crépuscule / Ou un éclat à même la peau ». Après ses voyages au long cours dans l’Himalaya, en Inde, au Tibet et dans tout l’Orient, c’est...
avril 2022
Le Matricule des Anges n°232