La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Jeunesse Hommage à la féminité

janvier 2001 | Le Matricule des Anges n°33 | par Stéphane Branger

Le Lit de l’étrangère

Il n’est pas facile de s’approprier la thématique amoureuse, sans risquer de sombrer dans la mièvrerie. Rares sont les poètes qui ont su réussir cet exercice de style, Mahmoud Darwich est l’un d’eux. En s’inspirant d’une vieille tradition orientale, mêlant sensualité et courtoisie, l’auteur revisite le ghazal, un genre de la poésie arabe classique. Un style hautement lyrique nous emporte avec force dans un mélange d’exil et d’absence. Le dialogue avec l’être aimé permet au poète de faire rejaillir les civilisations oubliées (Sumer), les mythes et tout ce qui fait l’histoire du monde méditerranéen. Mahmoud Darwich joue alors à tisser des passerelles entre le passé et notre quotidien contemporain, où l’on croise une fille qui pleure à un arrêt d’autobus… L’auteur met en évidence les liens qu’unissent le poète et la femme : « Qu’une femme s’en va, au soir, vers son secret,/ Elle trouve un poète marchant dans ses obsessions./ Et chaque fois qu’un poète va au plus profond de lui,/ Il trouve une femme se dénudant devant son poème… » L’interrogation prend possession du poète, il se soumet alors au questionnement des origines et s’offre ainsi un mélange culturel et religieux : « Qui serai-je demain ? Naîtrai-je de ta/ Côte, femme ne me souciant que de tes atours/ De ton univers ? » Tous les âges de la vie sont également abordés au fil des pages, et les images de multiples époques se superposent : « Cette nostalgie était peut-être notre moyen de durer. » L’auteur, né en 1942, a déjà publié une vingtaine de recueils qui ont fait de lui l’un des plus grands poètes contemporains de langue arabe. Ce nouveau livre de Mahmoud Darwich n’est pas autre chose qu’un immense chant d’amour rendant hommage à la femme : « Ce qui n’a pas été féminisé est… vain ».

Le Lit de l’étrangère
Mahmoud Darwich

Traduit de l’arabe (Palestine)
par Elias Sanbar
Actes Sud
78 pages, 79 FF

Hommage à la féminité Par Stéphane Branger
Le Matricule des Anges n°33 , janvier 2001.
LMDA PDF n°33
4,00