La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

La rédaction Valérie Nigdélian

Message Envoyer un message

Valérie Nigdélian

Articles

Danseurs sur le rivage

de William Melvin Kelley

Dem

de William Melvin Kelley
Humains, rien qu'humains Un formidable recueil de nouvelles et un roman en demi-teinte pour continuer d’interroger la question raciale avec William Melvin Kelley. La réédition de l’œuvre de Kelley se poursuit aux éditions La Croisée (ex-Delcourt Littérature). Après les très beaux Un autre tambour (2019) et Jazz à l’âme (2020), voilà donc l’occasion de se replonger dans la prose délicate du New-Yorkais, disparu après un long silence de plus de quarante ans en 2017. Initialement publiées en revue avant d’être réunies en recueil en 1964, les seize nouvelles qui composent Danseurs sur le rivage déambulent avec grâce et simplicité dans les méandres de la société noire américaine du siècle dernier. Traversent le temps et l’espace, amples et tranquilles,...
septembre 2021
Le Matricule des Anges n°226

Tea rooms

de Luisa Carnés

Ni mari ni maître ?

Traduite pour la première fois en France, l’Espagnole Luisa Carnés interroge la condition féminine et prolétaire dans le Madrid des années 1930. C’est une maison distinguée », un « établissement (qui) compte parmi “ce qu’il y a de mieux à Madrid” ». Dans les vitrines impeccables, gâteaux, petits pains, brioches, chocolats et meringues promettent des pauses sucrées à la clientèle, sous l’œil obséquieux et servile de « la responsable » derrière sa caisse enregistreuse. Défilé ininterrompu d’amateurs de douceurs, des premières heures du...
juillet 2021
Le Matricule des Anges n°225

Monsieur Picassiette

de Edgardo Franzosini

Du plomb et de l’or

Sous l’égide de Marcel Schwob, la vie imaginaire de « Monsieur Picassiette », improbable constructeur de cathédrale… dans son jardin. Monomaniaque. Obsessionnel. Illuminé. Comme tous ceux de cette étrange communauté d’artistes et d’architectes naïfs qui, aux murs de leur maison ou derrière les grilles de leur jardin, s’attachèrent une vie durant à donner forme à leurs rêves. Comme tous ces facteurs, boulangers, charpentiers, prêtres, plombiers-zingueurs qui, de leurs mains autodidactes, accouchèrent de palais somptueux et...
juin 2021
Le Matricule des Anges n°224

Au loin le ciel du Sud

de Joseph Andras

Ainsi nous leur faisons la guerre

de Joseph Andras

À tous les invisibles

Arrachés au silence et à l’oubli, deux récits de Joseph Andras à la mémoire des révoltés, et de tous les sacrifiés à l’autel de l’« ordre des choses ». Deux petits livres paraissent ces jours-ci chez Actes Sud, signés du même auteur. Une sortie simultanée – la pratique n’est pas courante – pour deux textes courts à la radicalité incisive et impeccablement documentés, à lire conjointement pour que s’en déploie toute la cohérence – politique – et le vertige – poétique. Dans l’un, Au loin le ciel du Sud, retour dans le Paris des années 1920,...
mai 2021
Le Matricule des Anges n°223

Concetta et ses femmes

de Maria Attanasio

Révolutionnaires en jupons

Entre archive et création, le récit de Maria Attanasio voyage aux pays des chemises noires, des drapeaux rouges et des luttes féminines. Moi dans les luttes j’étais comme une flamme. » Ainsi parle Concetta La Ferla, fille d’une « famille communiste incarnée » née dans l’Italie fasciste des années 1930, tout au sud de la péninsule, en Sicile. Figure locale majeure de la lutte des classes, depuis Caltagirone près de Catane elle raconte, dans une langue à la puissante vivacité dialectale, le rêve du socialisme comme « un endroit...
avril 2021
Le Matricule des Anges n°222