La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Domaine étranger Le feu aux poudres

décembre 1994 | Le Matricule des Anges n°6 | par Philippe Castells

De beaux lendemains

Histoire de réussir

Enracinées dans une culture prolétaire, une culture ouvrière, celle des petites villes américaines, les tranches de vie de Russel Banks définissent un monde où rien ne réussit mieux que l’échec. Histoire de réussir, au titre ironique et trompeur constitue un recueil de nouvelles qui nous parle de l’échec moral, l’échec social. On y voit comment les gens échouent, les uns au dépens des autres et surtout en dépit d’eux mêmes. Alors que règne la fatalité, ce qui rend les récits de Banks intéressants, c’est cette voix qui résonne au fond, cette manière qu’a cet auteur de nous montrer, de nous « faire voir » une situation à travers les yeux des personnages disparates et ainsi d’éclairer leur présence, de transmettre leur essence. Les textes de Russel Banks sont prisonniers d’un espace, d’une histoire. Comme l’a écrit L.S. Klepp critique au Village Voice les personnages de Banks semblent perdre leur innocence comme on perd ses clés de voiture sans savoir comment, ni où ni quand. Et ils ne s’aperçoivent que beaucoup plus tard de ce qu’ils ont perdu.
De beaux Lendemains, le roman que publient également les éditions Actes Sud, relate les conséquences de l’accident d’un autocar scolaire qui tue quatorze enfants dans une bourgade de l’État de New York. « Pour nous, avant l’accident, il y avait la vie, la vraie vie, la vie réelle si moche qu’elle ait pu nous sembler, et rien de ce qui a suivi l’accident n’offre avec elle la moindre ressemblance ». Russel Banks affirme avoir voulu écrire un roman dont le héros n’est pas seulement un personnage mais la communauté toute entière qui se trouve dans une situation d’impuissance face à tout imprévu. Il se fait donc le portraitiste d’une Amérique sombre, décadente, vidée de ses rêves, pleine de frustrations, une Amérique qu’il rend singulière en s’attachant surtout à certains détails plutôt qu’à des faits généraux. Ainsi si Banks renoue avec le grand roman américain et sa tradition naturaliste, celle de Dreiser ou Richard Wright, son œuvre se construit dans les années où se développe aux Etats-Unis le travail formel sur la fiction. On retrouve alors un incessant jeu sur les modes narratifs. C’est donc aussi dans son questionnement sur l’écriture et les enjeux du roman que Russel Banks trouve sa force.

De beaux Lendemains
et Histoire de réussir
Russel Banks

traduits respectivement
par Christine Le Bœuf /
Pierre Furlan et Pascale Musette
Actes Sud
253 p. 128 FF,190 p. 120 FF

Le feu aux poudres Par Philippe Castells
Le Matricule des Anges n°6 , décembre 1994.