La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Otrante

A propos

La tête et les jambes Ln titre mystérieux, une irritante quatrième de couverture muette. Pourtant, aussitôt ouverte, cette anthologie des femmes « méduséennes » et vampiriques est aussi fascinante que palpitante. L’éditeur, également libraire d’anciens spécialisé dans les romans terrifiants et curiosités romantiques, nous livre le résultat de sa quête minutieuse, savamment préfacée par Valery Rion et Florian Balduc. Ouvrons les dernières pages de ce volume pour trouver la solution de l’énigme du titre. Un bref récit de John Sutherland, « La mystérieuse question » (1951), présente une jolie femme qui orne son...
octobre 2015
Le Matricule des Anges n°167

Ouvrage chroniqué

Zofloya, ou le Maure
de Dacre Charlotte
Admiratrice du Moine de Lewis et patricienne du roman gothique, Charlotte Dacre imagina un type d’héroïne coupant comme un rasoir. On se doutait à la lecture du livre de référence de Maurice Lévy sur Le Roman gothique anglais, 1764-1824 (Albin Michel, 1995) qu’il restait à découvrir sur ces terres embrumées, froides et isolées quelques perles restées en jachère faute d’un intérêt éditorial soutenu. On peut le comprendre : le rythme narratif en usage à cette époque du roman n’est plus ce qui correspond au train de la vie aujourd’hui – et le saucissonnage standardisé des feuilletons télévisés, aussi réputés soient-ils, est loin de pouvoir rappeler le montage des suspens de cette époque tout juste issue des massacres...
Éric Dussert
juin 2015
Le Matricule des Anges n°164