La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

éditions Obsidiane/Le Temps qu'il fait

Ouvrages chroniqués

Des laines qui éclairent (anthologie 1978-2009)
de Pascal Commère
2012
En mêlant les hommes, les mots et la ruralité en une même matière, les poèmes de Pascal Commère leur restituent présence vive et aura. C’est toujours sa propre histoire qui fournit au poète sa matière et sa manière. Appelé professionnellement à partager les soucis administratifs de ceux qui vivent de la terre, et donc à arpenter quasi quotidiennement les routes et les chemins de sa campagne natale – il est né en 1951, dans un bourg de Côte-d’Or –, Pascal Commère conçoit ses poèmes comme des « relevés de campagne », des arpents de vie nue où vibre tout ce qui émane de la compénétration constante entre terre et ciel, hommes et bêtes. Ce qu’il reçoit de ce monde premier, de tout ce qui est là, devant lui ou à ses pieds, il...
Richard Blin
janvier 2013
Le Matricule des Anges n°139
Les Trucs sont démolis
de Paol Keineg
2008
Paol Keineg - au nom « de râble, d’échine, de carrure » - parle sans litote d’un pays qui a faim - et qui le fit connaître, en 1967, à 24 ans -, un pays « lové dans ses draps de feuilles mortes », « aux miroirs fêlés aux couteaux ébréchés/ aux faucilles sans manche aux puits d’eaux/ saoules envahis par les algues rouies. » qu’habite un « peuple de rien » qui parle une langue qu’on a voulu étrangler. Chantre des terres bretonnes, « amples et hautes en mémoire », Paol Keineg est un poète qui ne prétend à rien d’autre qu’à son droit à l’altérité, au breton, à toutes ces choses qui...
Richard Blin
juillet 2008
Le Matricule des Anges n°95