La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur José Carlos Llop

A propos

La mémoire et l'amer Poète qui écrit des romans, le Mallorquais José Carlos Llop créé des univers étranges, oniriques où l’enfance, vaste territoire mémoriel, est l’enjeu d’une quête de repères et d’identité. Rencontre avec un insulaire au regard aiguisé sur le vaste monde. Parle-moi du troisième homme, le premier roman de Llop traduit en français, se jouait des genres. À la fois roman d’aventures, d’espionnage, de guerre, d’amour, ponctué d’humour et de fantastique, il rendait hommage au cinéma des années 50 et séduisait par ses contrastes, ses mystères, ses broderies chatoyantes. Le Messager d’Alger, peut-être plus sobre, plus ramassé, est rythmé par l’univers musical des années 70 avec ses distorsions de guitares, ses chansons pleines d’espoir et de changement, ses petites fumées et ses expériences hallucinogènes. Deux romans fort différents, donc. En les...
septembre 2006
Le Matricule des Anges n°76

Ouvrages chroniqués

Rois d’Alexandrie
de José Carlos Llop
2018
Dans un roman très intime, contrasté, lumineux, l’insulaire José Carlos Llop nous révèle ses années de jeunesse, entre Majorque et Barcelone. Libres, ferventes, bouillonnantes. Le livre d’une éducation sentimentale. La mémoire, peut-on vivre avec ? Peut-on vivre sans ? Quelle part de réel nous renvoie-t-elle ? Quelle part de fiction restitue-t-elle ? S’il n’y a pas de mémoire, la modernité peut-elle s’inventer ? Un monde sans mémoire n’envisagerait que l’immédiateté, pour quel futur ? José Carlos Llop est né sur une île, à Palma de Majorque en 1956. Il aurait pu être gardien de phare, il est aujourd’hui gardien de sa mémoire puisqu’il dirige la bibliothèque Lluis Alemany dont les fonds présentent les divers patrimoines des îles Baléares. Iles balayées par les vents, les chants de marins, les senteurs...
Dominique Aussenac
mars 2018
Le Matricule des Anges n°191
Paris : Suite 1940
de José Carlos Llop
2010
Comment un homme peut-il ne pas perdre la face, s’accommoder de ses bassesses, mieux adopter une superbe, un dandysme littéraire tout en se comportant comme le dernier des salauds ? Comment peut-il demeurer impuni et laisser dans ses mémoires des brouillards équivoques, jubilatoires ? Les opacités de l’Histoire, la tourmente franquiste hantent l’œuvre de José Carlos Llop. Il les a vécues à travers un double filtre : un père général d’État-major et la vision décentrée d’un îlien, il naquit à Majorque en 1953. Son quatrième ouvrage traduit en français mêle biographie, enquêtes...
Dominique Aussenac
avril 2010
Le Matricule des Anges n°112
Parle-moi du troisième homme
de José Carlos Llop
2005
Habile portraitiste, l’écrivain espagnol José Carlos LLop conte une enfance franquiste, grave et onirique, à l’aune du cinéma. Depuis quelques années, la guerre d’Espagne et l’héritage franquiste ne sont plus un tabou de l’autre côté des Pyrénées, la littérature ayant ouvert une brèche. Les témoignages du camp des vaincus, des républicains, abondent. Ainsi, un des derniers ouvrages parus en France, le superbe et marmoréen Les Treize Roses de Jésus Ferrero (Climats, 2005), égrène à l’instar d’un drame antique, les derniers moments de femmes otages exécutées en 1939. Très peu de livres cependant illustrent le monde des vainqueurs. Parle-moi du troisième homme corrige cette lacune. Il y est question d’une garnison...
Dominique Aussenac
octobre 2005
Le Matricule des Anges n°67