La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

auteur Anton Beraber

Ouvrages chroniqués

Braves d’après
de Anton Beraber
2022
Les deux nouveaux romans d’Anton Beraber donnent à lire bord à bord la grande langue dans sa bravoure. Coup double. On attend toujours au tournant l’auteur d’un premier livre encensé. Quatre ans après La Grande Idée, qui reçut le prix Valery-Larbaud, Anton Beraber sort enfin du bois avec non pas un mais deux seconds romans, Braves d’après et Celles d’Hébert. Tout comme chez Céline, Cingria ou Michon, la grande affaire de l’écrivain reste la phrase : travail d’atelier, exemplairement artisanal, où se rabote et se polit une langue qui se confronte à l’écart, toujours plus ou moins de classe, entre celle parlée et celle écrite. La critique a pu dire, lors de sa sortie, que La Grande Idée, qui se déroule...
Jérôme Delclos
mai 2022
Le Matricule des Anges n°233
Celles d’Hébert
de Anton Beraber
2022
Les deux nouveaux romans d’Anton Beraber donnent à lire bord à bord la grande langue dans sa bravoure. Coup double. On attend toujours au tournant l’auteur d’un premier livre encensé. Quatre ans après La Grande Idée, qui reçut le prix Valery-Larbaud, Anton Beraber sort enfin du bois avec non pas un mais deux seconds romans, Braves d’après et Celles d’Hébert. Tout comme chez Céline, Cingria ou Michon, la grande affaire de l’écrivain reste la phrase : travail d’atelier, exemplairement artisanal, où se rabote et se polit une langue qui se confronte à l’écart, toujours plus ou moins de classe, entre celle parlée et celle écrite. La critique a pu dire, lors de sa sortie, que La Grande Idée, qui se déroule...
Jérôme Delclos
mai 2022
Le Matricule des Anges n°233