La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Mon grand-père, ce héros

    Lmda N°232 Derrière quel drapeau pourrions-nous marcher aujourd’hui ? Croisant le fer avec Dante et l’histoire des conflits du siècle passé, le nouveau roman d’Élie Treese interroge le déclin des grands récits et des idéologies.

    La Route de Suwon

    Il a bien compris, depuis Beckett, que les dispositifs narratifs les plus simples s’avèrent parfois les plus efficaces. Mais il a aussi retenu, de Faulkner notamment, la fureur, l’excès, l’épique. C’est donc quelque part entre ces deux balises – de chair et de néant, de feu et de glace –, quelque part entre les deux rives de l’Atlantique, que le Franco-Américain Élie Treese trace sa route...
  • Une maison à Bogotá

    Domaine étranger Mémoire en pièces Les cercles d’une vie et d’un monde autour de la maison de Santiago Gamboa. Une maison ne devrait-elle pas être un cerveau réalisé, une personnalité à l’égal de son propriétaire ? Il s’agit bien là de « la demeure idéale » du professeur de philologie qu’un prix a honoré, lui permettant cet achat depuis longtemps convoité. Avec sa vieille tante, gloire ancienne du combat contre l’extrême droite et admiratrice de Castro et de Mao, dont le handicap est peut-être la métaphore de la faillite des idéaux marxistes et...
  • Toto perpendiculaire au monde

    Domaine français Héros + héros = la tête à Toto Dans son nouveau roman, Antoine Mouton donne à voir un monde sous cloche, aussi absurde que le nôtre ? Toto perpendiculaire au monde  : un drôle de titre pour un drôle de livre. Vous le résumer ? Tentons plutôt de le mathématiser. Soit l’équation suivante à plusieurs inconnues : un couloir – baptisé le 133 – comporte de très nombreuses portes derrière lesquelles vivent toujours des couples ; exception qui confirme la règle, un certain Jean-Max, lui, est célibataire. En fait de couples, ce sont surtout des binômes qui semblent s’être...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

L’idiot

Noté entre parenthèses au bas de la liste, sous l’antimoustique : roman Matricule. Celui qu’on lira dans le hamac, au fond du jardin. Parmi les rayonnages, sous la lumière crue de l’Hyper, une couverture aux couleurs fauves interpelle. L’illustration représente une voiture, garée à l’ombre d’un pin parasol et à l’aplomb d’une crique dans laquelle pataugent deux silhouettes, pantalons retroussés. Les Jours heureux, par Adélaïde de Clermont-Tonnerre. Le nom de l’auteure, rutilant décasyllabe, annihile le titre, terne. On retourne l’ouvrage : « Édouard Vian et Laure Brankovic ont formé puis...
Le Matricule des Anges n°226
Antoine Mouton

un auteur

Antoine Mouton

Chronique
Traduction

Sylvie Doizelet

Où sont-ils maintenant, de Laura Kasischke Une poésie inspirée par David Lynch ? C’est Laura Kasischke elle-même qui le dit. En France, ce sont ses romans, Les Revenants, En un monde parfait, Esprit d’hiver (trois parmi dix) qui souvent sont associés à l’auteur de Blue Velvet. Imagine-t-on traduire l’univers de David Lynch ? Où sont-ils maintenant Le point d’interrogation manquant plane au-dessus de ces pages. C’est une sorte de point d’interrogation fantôme, qui produit un effet permanent d’incertitude. Son absence dans le titre est d’autant plus troublante que les questions sont légion dans 187 poèmes. Ont-ils sursauté...
Le Matricule des Anges n°227
  • Ce qui arrive la nuit

    Domaine étranger Au train où vont les choses Un très européen roman d’atmosphère, qui confirme Peter Cameron comme une voix majeure de la littérature nord-américaine. Il y a deux trains qui roulent dans ce septième roman de Peter Cameron, celui de l’aller et celui du retour. Entre les deux, une semaine « dans un lieu à la lisière du monde, au fin fond du nord d’un pays nordique » : froid, neige et brouillard, un ciel toujours bouché. Là, quasiment dépeuplé de clients, un palace vieillissant à « la splendeur ténébreuse », le « Borgarfjaroasysla Grand Imperial Hotel » où séjournera le couple de New-Yorkais...
  • Fugue vs Fug - (Lémistè 3)

    Poésie Ce qui meurt et ce qui demeure En quête d’une parole non altérée par la rationalité occidentale, la poésie de Monchoachi rend sensible le « sans voix » et réveille des langues sauvages. Passionnante entreprise que celle de Monchoachi, pseudonyme d’André Pierre-Louis, un poète martiniquais, né en 1946. Elle consiste à explorer différents univers langagiers et culturels à travers le prisme de la langue créole et celui des mythes, rites et mystères aujourd’hui recouverts par ce qu’on nomme la Civilisation. Une ambition épique tenant de la geste et d’une sorte de grand poème fondateur titré Lémisté (Les Mystères, en créole) et...
  • Paul Claudel

    "Je suis le contradictoire"
    Histoire littéraire Un enraciné aux semelles de vent Inclassable et contradictoire, mystique et terre à terre, diplomate et dramaturge, qui était vraiment Paul Claudel ? Une biographie signée Claude Pérez le rend à sa multiplicité. Peu d’écrivains ont été comme Claudel enfouis sous leur caricature. Il suffit de prononcer son nom pour que les ricanements pleuvent : dogmatique, cul béni couvert d’honneurs, homophobe, bourreau de sa sœur Camille, intolérant – « La tolérance ? Il y a des maisons pour cela.  » Il dérange, il agace, mais il s’en moquait. C’est un ours, mais un ours qui se rit de son apparence, fréquente Shakespeare, Dante, Lao-Tseu, Saint Jean, Eschyle. Un...
  • La Nuit où Laurier Gaudreault s’est réveillé

    Théâtre Une robe d'éternité Quand la mort provoque l’exhumation de secrets trop lourds à porter. Les secrets de famille, les mensonges, les blessures émotionnelles hantent les textes du dramaturge québécois Michel Marc Bouchard. Sa nouvelle pièce est de la même lignée, son décor raconte combien elle est singulière : « Une salle clinique d’embaumement, blanche, dépouillée. Au fond, la porte des toilettes avec un logo pour handicapés. Tout près, le four crématoire. D’un côté, les réfrigérateurs à cadavres. » Un décor tout blanc pour faire...
Intemporels
par Didier Garcia

La vie à pleines dents

Dans Le Cahier gris, l’écrivain et journaliste catalan Josep Pla (1897-1981) nous présente son quotidien d’étudiant en droit. Existe-t-il un âge plus indiqué qu’un autre pour entreprendre de consigner sa vie dans un journal ? Celui de Josep Pla commence le jour de ses 21 ans, le 8 mars 1918 ; il se referme le 15 novembre 1919, autrement dit l’avant-veille de son départ pour la France, où la rédaction de La Publicidad l’envoie en tant que correspondant. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’objectif qu’il se fixe au départ n’a rien de très ambitieux : noter ce qui lui arrive, « au fur et à mesure, juste pour tuer le temps ». D’ailleurs, le même jour, il reconnaît que ce sera un miracle si ce journal...
Le Matricule des Anges n°221