La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
ZA Loup à Loup 83570 Cotignac
tel ‭04 94 80 99 64‬
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

Le Matricule des Anges

  • Un rire dans la béance des ruines

    Lmda N°254 Sur fond d’apocalypse, Philippe Comar fait de l’or de la langue un bien contre l’immonde. Au-delà du bien et du mal.

    Langue d’or

    Le corps d’une langue est mortel autant que la chair ou les civilisations. Mais si les langues meurent, elles ne se taisent pas tout à fait. Elles peuvent refaire surface comme nous le montre Langue d’or, de Philippe Comar, écrivain, plasticien et commissaire d’expositions. Son roman nous plonge dans un monde d’après l’apocalypse. « Partout des vasières, des crevasses, des flaques de mazout,...
  • La Déchirure du temps

    Domaine étranger Fuir ! là-bas fuir ! Dans la France de Vichy qui livre aux nazis leurs opposants, l’odyssée périlleuse et admirable d’Hertha Pauli. La France, terre d’asile ? Peut-être est-il judicieux de rappeler que notre pays fut en effet, dès le milieu du XIXe siècle, une terre d’accueil pour ceux qui fuyaient l’oppression politique – les révolutionnaires du printemps des peuples – ou les massacres – les juifs victimes des pogroms. Parmi eux, Heine, le grand poète allemand, fut pendant des années un observateur sagace du Paris d’alors (Lutèce – voir Lmda N°99). Se retournant vers...
  • Hôtel de l’univers

    Domaine français Traverser les mondes Avec ce récit sensible et plein d’humour d’une émancipation rocambolesque, Hédi Cherchour signe un roman remarquable. Si écrire c’est trouver une voix et convoquer des images, on peut dire qu’Hôtel de l’univers, premier roman d’Hédi Cherchour, démarre sur les chapeaux de roues : « Lui il dit ça. Il dit que la première fois qu’il a porté un couteau c’était en été 1948, dans le cimetière musulman de la ville des asphodèles, à Berrouaghia. » La voix, au début de ce récit qui, dès l’incipit, entre dans le vif du sujet, c’est celle du père : « il raconte, il...
Chronique
En grande surface
par Pierre Mondot

Drôle d’Œdipe

On attendait l’automne pour savourer le dernier Modiano en sa bruine mais alerte, voici que soudain les sirènes de l’édition retentissent au signal d’une intrusion : un inconnu de 25 ans a vendu en deux mois ses confessions cent mille fois. La presse repère dans ce succès aussi rapide qu’imprévisible les signes d’un véritable phénomène de société. Sans surprise, le Matricule exige une enquête. Patrick attendra. Mais ça alors quel hasard et que le monde est mince puisque Panayotis Pascot (le phénomène observé) accéda à la notoriété par la même rampe que Lilia Hassaine, commentée dans...
Le Matricule des Anges n°248
Yves Charnet

un auteur

Yves Charnet

Chronique
Traduction

Sophie Képès*

Les Garçons de la rue Pál, de Ferenc Molnár Ferenc Molnár, dont le vrai nom était Neumann, est né à Budapest en 1878 dans une famille juive aisée. Ayant commencé sa carrière d’auteur à 20 ans, il produira une œuvre prolifique et mourra en 1952 à New York, où il a fui le nazisme, un 1er avril – sa dernière blague. Il a écrit des romans et des nouvelles, une quarantaine de pièces de théâtre et des scénarios de films. Son talent profondément original, ses intrigues efficaces, ses dialogues acérés, son ton faussement léger et son empathie pour ses personnages malmenés par la vie lui ont valu d’immenses succès jusque sur les planches de...
Le Matricule des Anges n°253
  • Au commencement du monde

    Domaine étranger Paix et guerres Un adolescent sensible dans la Yougoslavie de Tito : une éducation sentimentale et politique par le Slovène Drago Jančar. Une fois n’est pas coutume, et sans pour autant rien divulguer d’essentiel, commençons par la fin, le dernier paragraphe : « Quand il prononce ces mots, quand je l’entends murmurer ces mots, il a moins peur, quand j’écris ces mots, j’ai un peu moins peur. Car c’est écrit, c’est le texte, c’est le verbe. Car rien d’autre n’est possible, il n’y a rien hors du verbe, rien sans lui. Danijel sait que c’est ainsi au début comme à la fin, ça ne...
  • L' Eau du bain

    Poésie Dans les entrailles du féminin De la maternité aux outrances du pornographique, Rim Battal donne voix aux vertus de l’osmose comme à celles de la transgression. Elle persiste et signe, Rim Battal, dans la passion d’être soi, dans la volonté de ne céder jamais sur son désir ni sur sa liberté, dans son rêve de faire du poème une convocation de l’inouï. En sécession avec les codes régnants du « sexopolitique », elle fait de l’interaction complexe entre le corps, le moi, le social et les mots, la substance d’une parole poétique imprégnée de beauté ténébreuse, d’intimité brûlante et d’instants nus aux...
  • La Flétrissure

    Histoire littéraire Une marque allemande De sa dérive urbaine sur fond de prostitution, Emmy Hennings (1885-1948) tire une brûlante quête de soi. Rude et mystique. Au XVIe siècle sur le parvis d’une église espagnole, la prieure Thérèse d’Avila fit scandale en haranguant ses Sœurs aux mots de « Nous sommes les putains du Christ ! ». Elle avait fugué du foyer familial à 7 ans dans l’idée très romanesque de « se faire décapiter par les Maures », une seconde fois à 18 pour rejoindre un carmel mondain et peu cloîtré. Prostituée dans la Prusse de 1911, la jeune Emmy, pionnière du dadaïsme, elle aussi...
  • Même si le monde meurt - Ou le tout grand voyage

    Théâtre Le chant de l'humanité La nouvelle pièce de Laurent Gaudé est dédiée « A toutes celles et ceux qui ne se résolvent pas à ce que la vie soit si courte ». Laurent Gaudé nous livre une belle pièce chorale à partir d’une situation posée, qui résonne singulièrement à notre époque de réchauffement climatique et de guerres : que se passerait-il si une fin du monde proche nous était annoncée ? Le texte s’ouvre sur une succession de monologues : monologue de la première fissure. Monologue du premier bruit. Monologue du temps coupé en deux. Monologue de la danse  : « Au petit matin, dans le ciel de...
Égarés, oubliés
par Éric Dussert

Produits français

Saint-simonien proche du père Enfantin, le journaliste Louis Jourdan fit de l’objet manufacturé sa matière première. Louis Jourdan est toujours accompagné d’une blague ; elle est suspendue à son bras par une ficelle. On dit que c’est un vœu !  » Ce détail de mise évoqué moqueusement par Jean François Vaudin (?-1869) au terme de la notice ravageuse qu’il consacre à Jourdan dans ses Gazetiers et Gazettes (chez tous les libraires, 1860) dit assez l’attachement de ce dernier aux objets. Il avait publié l’année précédente un livre des plus curieux, charmant comme tout et cependant titré d’assez métallurgique manière : les Contes industriels (Hachette, 1859) témoignaient d’un souci pédagogique comparable aux...
Le Matricule des Anges n°131