La lettre de diffusion

Votre panier

Le panier est vide.

Nous contacter

Le Matricule des Anges
BP 20225, 34004 Montpellier cedex 1
tel 04 67 92 29 33 / fax 09 55 23 29 39
lmda@lmda.net

Connectez-vous avec les anges

Vous n'êtes actuellement pas identifié. Pour pouvoir commander un numéro, un abonnement ou bien profiter, en tant qu'abonné, des archives en ligne, vous devez vous connecter avec votre compte.

Retrouver un compte

Vous avez un compte mais vous ne souvenez plus du mot de passe ? Vous êtes abonné-e mais vous vous connectez pour la première fois ? Vous avez déjà créé un compte, peut-être, vous ne savez plus trop ?

Créer un nouveau compte

Vous inscrire sur ce site Identifiants personnels

Indiquez ici votre nom et votre adresse email. Votre identifiant personnel vous parviendra rapidement, par courrier électronique.

Informations personnelles

Pas encore de compte?
Soyez un ange, abonnez-vous!

Vous ne savez pas comment vous connecter?

RUBRIQUE Entretiens

Les articles

L' Été où tout a fondu

de Tiffany McDaniel
Démoniaque Ohio Deuxième roman de Tiffany McDaniel, L’Été où tout a fondu ramène le lecteur à Breathed et invite le diable à une dramatique villégiature. Avec Sal, sa peau sombre, ses yeux verts, la chaleur envahit les rues de Breathed, s’infiltre, dévore au plus profond les cœurs et les âmes. L’Été où tout a fondu est un roman sans espoir, au lyrisme dramatique, laissant jaillir des fulgurances lumineuses quand tout fond au noir. Famille, communauté, intolérance, racisme, religiosité : tout s’y mêle, tout s’y brouille, tandis qu’avec la chaleur, les esprits s’égarent, la folie gronde. Tiffany McDaniel, nous vous avons découverte en France avec Betty (Gallmeister, 2020). Vous aviez besoin d’écrire ce récit autobiographique avant de...
octobre 2022
Le Matricule des Anges n°237

Velibor Colic dans le blues du siècle

Publié en 1989 en Croatie, La Vie fantasmagoriquement brève et étrange d’Amadeo Modigliani, roman mosaïque d’un poète au verbe halluciné, paraît en français. Rencontre avec un exilé. Entre deux bouffées de cigarettes et une gorgée de café, les mots se bousculent, fébriles, dans la bouche de Velibor Colic. Parfois, ce grand gaillard aux yeux tristes se perd dans ses pensées. De sa vie d’avant, il ne reste plus grand-chose que le souvenir d’une petite ville où il est né en 1964, aujourd’hui rayée de la carte de Bosnie, et la fumée des manuscrits partis en cendre avec sa...
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14

Les tragédies de poche de Quim Monzó

Dans les trente nouvelles du Pourquoi des choses, Quim Monzó poursuit sa chronique de la perversité et du vampirisme ordinaires dans la ligne de son précédent recueil Olivetti, Moulinex, Chaffoteaux et Maury. Pour Joan Miró peinture et poésie ne faisaient qu’un. Peintre de formation, Quim Monzó, issu de la Barcelone de Mariscal, capitale de la modernité graphique espagnole depuis le début des années 80, jette comme le surréaliste catalan un pont entre écriture et peinture - « écrire et peindre, c’est la même chose ». D’abord dessinateur, la bande dessinée lui a permis un temps de conjuguer les...
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14

Barry Gifford : la voix du sud

Biographie de Kerouac, Barry Gifford continue avec La Légende de Marble Lesson la construction du monde que Sailor et Lula lui avait révélé. Rencontre avec un amoureux de la Louisiane pourfendeur des Eglises. La mort de Sailor à la fin de Rude Journée pour l’Homme-léopard semblait mettre fin au « cycle », The History of Sailor and Lula dont les six livres racontaient la vie du couple -de sa jeunesse rebelle à son heureuse maturité- et finissaient par construire une Louisiane poétique qui, La Légende de Marble Lesson l’atteste, est désormais le territoire littéraire de Gifford. A 50 ans, l’ex-...
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14

Silvia Baron Supervielle : le chant d’une âme

Traductrice, entre autres, de Fernandez, Juarroz, Borges et Wilcock, l’argentine Silvie Baron Supervielle écrit en français depuis trente ans. Une oeuvre d’un dépouillement et d’une ferveur uniques. Il n’a jamais rencontré personne. Depuis toujours il est seul et cela lui semble naturel. Pourtant, il a l’impression d’avoir connu quelqu’un, il y a très longtemps, il ne sait pas qui ni quand, peut-être était-ce en rêve : quelqu’un qui lui laissait croire qu’il lui ressemblait. » (La Frontière, Corti 1995). Dans une écriture très dépouillée, Silvia Baron Supervielle, née à Buenos Aires en...
novembre 1995
Le Matricule des Anges n°14

Auteurs liés