Article paru dans Le Matricule des Anges
                               Numéro 21 de novembre-décembre 1997

Aux origines du verbe

Né en 1948, auteur de six romans dont deux furent goncourables (Le Salon de Wurtemberg et Les Escaliers de Chambord), Pascal Quignard est de ceux qui exploitent la brièveté du fragment pour tisser des variations autour d'un thème, tenter d'en épuiser les multiples facettes. Difficile, pour ne pas dire impossible, de restituer dans sa globalité la matière de ces cinquante-six traités sans recourir à une rapide énumération : le silence, le livre, les écrivains ou les peintres oubliés. Mais le cheval de bataille de Quignard s'avère être la langue, "cette piquette mouillée et sucrée". C'est d'ailleurs dans l'art de raconter son histoire, d'exhumer les vrais trésors de l'étymologie, qu'il excelle, déployant toute son érudition afin de noter l'obsolescence de tel mot, l'éradication de tel autre, ou encore l'évolution des pratiques orthographiques (Les Langues et la mort,). Il y aborde d'ailleurs volontiers le problème des langues mortes, et par leur intermédiaire la langue française, et par la langue française celle des écrivains : "Nous travaillons sur de bas morceaux toujours plus avariés." S'y trouvent aussi consignés des repères qui feront le bonheur de tous ceux qui aiment à voyager dans l'histoire des langues. Mais au-delà de cet exercice d'érudition, c'est à une véritable "quête mythique" que se livre Pascal Quignard : définir ce qu'est une langue, ce qu'elle désigne, quelles sont ses fins, la manière dont chacun l'acquiert, la transmet...

Il serait sans doute peu judicieux de lire d'une seule traite ces deux tomes de traités, enfin réunis en poche : l'ensemble paraît avoir été conçu pour que chacun y musarde à sa guise, choisisse ses haltes, en fonction de la longueur du traité (laquelle varie de deux pages à une bonne centaine), de son titre, ou encore de son genre, passant d'une réflexion philosophique à une fable, d'une narration à une biographie, d'une esquisse historique à un entretien (celui, réalisé en 1977, avec Georges Perec et Benoît Anelisseau). Il arrive toutefois que certains fragments surprennent par la somme considérable des références et leur manque de clarté, ou déçoivent par une extrême densité qui oblitère presque définitivement le sens...

Petits Traités
Pascal Quignard

Gallimard (Folio)
607 et 671pages, 116 FF le coffret

© Le Matricule des Anges et les rédacteurs

Accueil Le Matricule des Anges