Article paru dans Le Matricule des Anges
                               Numéro 1 de novembre 1992


1993 sera marquée du sceau de Carlo Goldoni : on commémorera alors le bicentenaire de la mort du dramaturge italien survenue à Paris. Une initiative de l’association Goldoni Européen

L’année Goldoni

On va pouvoir enfin mieux connaître Goldoni dont trente pièces seulement sur près de cent cinquante, étaient jusqu'à présent disponibles dans notre langue. Cette lacune va être comblée. Un peu plus de quarante nouveaux textes vont être traduits en français. Quatre maisons d'édition sont concernées: Actes Sud-Papiers, l'Arche, Circé et l'Imprimerie Nationale. Cinq pièces ont déjà paru depuis cet été (voir ci-contre). L'association Goldoni Européen créée en septembre 1990 est à l'origine de ce renouveau d'intérêt pour l'écrivain italien. Elle regroupe des universitaires, des traducteurs, des critiques, des metteurs en scène, des acteurs... Leur travail : animer la commémoration par des colloques et des spectacles mais aussi effectuer un travail de fond (traductions, études sur l'univers goldonien, etc.)
Pour cela, quatre groupes ont été constitués: - Le groupe "édition-traduction" avec Ginette Herry réunit 16 traducteurs qui travaillent sur 43 pièces de Goldoni. Ils préparent également un coffret-fiches, sorte de résumé de l'ensemble de l'oeuvre.
- Le groupe "audio-visuel" avec notamment Claude Santelli se doit, entre autre, de filmer des spectacles, créer des fictions ou proposer des émissions autour de Goldoni.
- Le groupe "recherche" veut relancer les études universitaires, réaliser des colloques internationaux et préparer des numéros spéciaux de revues (un numéro de Théâtre Public sur les mises en scène de Goldoni, un autre de la Revue d'Histoire du Théâtre sur la présence de Goldoni à Paris...).
- Le groupe "spectacles" avec, parmi les metteurs en scène, Jean-Claude Penchenat et Jean-Claude Berutti, reste fidèle aux méthodes employées il y a deux siècles par Goldoni. Le dramaturge écrivait alors ses textes après les avoir "essayés" dans la bouche de ses comédiens. Aujourd'hui, un atelier théâtral teste de même chaque nouvelle traduction avant sa publication en présence des traducteurs. L'échange est fructueux. Les difficultés sont nombreuses, liées à l'écriture plurilingue de Goldoni (italien, vénitien, napolitain...).
Conséquence de ce travail effectué par l'association: de nombreux spectacles sont d'ores et déjà programmés. Signalons:
- Les Rustres de Jérôme Savary à Chaillot dès le 20 novembre.
- La Serva amorosa sera en décembre à la Comédie Française dans une mise en scène de Jacques Lassalle.
- l'Avare joué par une jeune troupe, Le Fringant Théâtre à partir du 4 novembre au centre Mathis à Paris. La mise en scène est signée Mathieu Dion.
- En province, Jean-Louis Tamin crée en décembre au C.D.N. de Bordeaux Arlequin Serviteur de deux Maîtres

Les nouvelles traductions vont également être mises en scène (voir ci-contre). Goldoni sur le devant de la scène, qu'a-t-il à nous apprendre aujourd'hui? Pour Jean Claude Penchenat: "La démarche de cet homme est fraternelle pour un homme de théâtre en quête de modèle: inventer un théâtre avec une troupe. C'est le théâtre artisanal qui laisse voir ses charnières... A l'ombre de Goldoni je continuerai de comprendre comment on peut écrire sur son époque, à travers le monde qu'on traverse, à travers l'univers de ceux qu'on connaît car "rien n'est plus beau à étudier que les caractères des gens"". L’"humanisme" de Goldoni, ses analyses du comportement humain, par leur universalité, donnent à la parole du dramaturge une résonance moderne qui fait de lui un auteur contemporain. Pour tous renseignements: Comité Goldoni Européen, c/o Louis Cousseau, 10 bis, rue Samarcq, 92100 Boulogne. Tél: 46.09.10.27.

© Le Matricule des Anges et les rédacteurs

Accueil Le Matricule des Anges