Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

La Chambre
de
Ilarie Voronca
Arbre
11.43 €


Article paru dans le N° 033
janvier - mars 2001

par Eric Dussert

*

   La Chambre

Grand parmi les grands, le poète Ilarie Voronca est né en 1903 à Braïla. Il débute avec ses compatriotes Victor Brauner et Brancusi dans les rangs de l'avant-garde roumaine. Il est encore apparenté à Dada lorsqu'il s'installe à Paris dans les années 1930 où l'attirent les fastes du surréalisme. Plus tard, on reliera ses poèmes lyriques et humanistes aux oeuvres de Walt Whitman ou de Milosz. La comparaison souligne mal sa puissante originalité.
Son suicide en avril 1946 survint trop tôt. Sans des convaincus comme Denys-Paul Bouloc, Guy Chambelland, Jean Le Mauve et Christine Brisset, on ne lirait plus des chef-d'oeuvres tels que ceux imprimés par les deux derniers. Le catalogue de L'Arbre comptait déjà une prose splendide issu des Onze Récits (1968) : Quarante à cinquante personnes. Il s'enrichira sous peu d'un couple de nouvelles, Arbre 1942 et Un peu d'ordre, puis d'une reprise de L'Apprenti fantôme (1938). Voici déjà une double sélection tirée du recueil Beauté de ce monde (1940) : Mais rien n'obscurcira la beauté de ce monde et La Chambre, un merveilleux chant d'amour dû à L'Impatiente.
Beauté de ce monde est un retour sur les terres du poète aussi engagé -il est proche du PC_ que dégagé des veuleries de l'idéologie. Voronca écrit pour l'Homme, sans soumission. "Vous avez bien fait les choses. Vous avez allumé/ D'énormes lampadaires dans les salles de fêtes,/ Vous avez su choisir les musiciens, les danseuses,/ Vos cuisiniers n'ont oublié aucun délice, Mais nous ne devons rien à personne. Nous pouvons partir." Son chant où perce un soupçon d'amertume relève d'une immense dignité. L'aigreur de son constat en est dissoute. Témoin le vers inaugural éclatant d'Ulysse dans la cité (Le Temps des cerises, 30 FF) : "Je te dédie un hymne siècle de la médiocrité". Sa confiance en l'humanité a certes des limites mais aux moments les plus délicats d'un poème, Voronca le stimulant reste nimbé de toutes les grâces de la poésie. Il est sobre, imagé, nourrissant. Voronca se tient solidement. Il est temps de lire Voronca.

Ilarie Voronca
La Chambre
et
Mais rien n'obscurcira
la beauté de ce monde

L'Impatiente et L'Arbre
19 et 31 pages, 75 et 60 FF

La Chambre de Ilarie Voronca

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Eric Dussert

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos