Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Boulevards des maréchaux
de
Denis Tillinac
Dilettante (Le)
12.96 €


Article paru dans le N° 033
janvier - mars 2001

par Jérôme Pellissier

*

    Boulevards des maréchaux

Denis Tillinac a entrepris le tour de la capitale, à pieds, par les boulevards des Maréchaux, souhaitant ainsi ranimer les figures napoléoniennes qui le faisaient rêver, enfant, et dresser le panorama de ce Paris qui, de porte en porte, trace la frontière entre la ville et ses banlieues. La moitié environ de son texte traîne laborieusement dans l'évocation des Maréchaux, entre biographie scolaire et portrait à la Guitry. L'atmosphère des bancs d'école de la Troisième république et l'esprit du cinéaste ne sont pas suffisamment éloignés néanmoins pour donner à ces pages le charme du suranné.
Le reste s'avère malheureusement pire. Il y avait pourtant beaucoup à dire sur le Paris de ces boulevards, où échouent nombre de ceux que la capitale ne veut pas accueillir en ses murs.
Prostituées, en majorité étrangères, souvent droguées, parfois mineures, baladées de mains de macs en mains de bourgeois, immigrés perdus entre campagne et ville, entre boulots et chômage, dans un environnement hérissé de déchets d'urbanisme, de vieilles usines en déroute, de récentes constructions à but sportif ou culturel, de bistrots délabrés et de Mc Donald's pimpants. Tillinac, pourtant, voit : il évoque d'un ton léger ces figures croisées le temps d'une balade, il ose -suprême courage de l'écrivain-reporter- demander à une prostituée ses tarifs, il note très régulièrement les variations des couleurs de peaux. Il voit, il note. Sans plus. Caméra sans âme qui effleure les êtres et les choses sans jamais s'y poser. Les boulevards et leurs habitants ne semblent à ses yeux qu'un décor, à la vitrine d'un magasin, peuplé de figurines les unes en plomb, les autres en plastique qui tournent : un maréchal, une pute, un noir, une pute, un arabe, un maréchal, etc..
S'attaquant à la Comédie humaine, Balzac avait choisi Napoléon pour modèle. Tillinac a opté pour les Maréchaux. Les résultats reflètent les ambitions.

Boulevards des Maréchaux
Denis Tillinac

Le Dilettante
140 pages, 85 FF

 Boulevards des maréchaux de Denis Tillinac

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Jérôme Pellissier

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos