Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Le Boogie des r?ves perdus
de
James Lee Burke
Rivages
20.58 €


Article paru dans le N° 033
janvier - mars 2001

par Gerardo Lambertoni

*

   Le Boogie des r?ves perdus

James Lee Burke est au firmament des auteurs de polar américains. À l'instar de ses héros, il partage son temps entre la Louisiane et le Montana où il croise sans doute parfois James Crumley, texan d'origine comme lui. James Lee Burke a créé le personnage de Dave Robicheaux, un ex-futur-flic alcoolo d'origine cajun aux éprouvants souvenirs du Vietnam, tenancier d'une affaire de location de bateaux et d'appâts pour la pêche mais aussi justicier humaniste s'en prenant à la mafia de la drogue à La Nouvelle-Orléans. À ce jour, Dixie City est la septième enquête de Dave Robicheaux publiée par Rivages. Ici, afin de payer la caution de son ami Batist, il accepte de rechercher l'épave d'un cous-marin allemand, un U-boat coulé au large de New Iberia dont il est le nouveau shérif adjoint.
James Lee Burke ne réserve pas seulement ses qualités de styliste lyrique et sombrement romantique à la saga de Robicheaux. Son éditeur français publie dans la collection Écrits noirs un roman datant de 1978 : Le Boogie des rêves perdus. Iry Paret, un jeune guitariste de country sort de prison pour être rejeté par les siens, voir mourir son vieux père et disparaître leur plantation délabrée. Il brade alors son héritage à son frère, quitte à regret le bayou, "les grandes ramures des cyprès tendus de mousse espagnole" et part au Montana rejoindre Buddy Riordan (écolo avant la lettre et refusant la pollution de l'industrie du papier) : "J'avais franchi une ligne, d'un gros pas de lourdaud aux chaussures sales, et empiété sur sa vie et celle de ses enfants, et je me faisais l'effet d'un intrus venu d'ailleurs qui serait venu offrir à quelqu'un une poignée d'araignées." Iry Paret trouvera au Montana la pureté mentale des paysages, l'amour, et la force de terminer sa chanson commencée au pénitencier d'Angola : le boogie perdu du retour au bercail.

James Lee Burke
Dixie City
et
Le Boogie des rêves perdus

Traduits de l'américain
par Freddy Michalski
Rivages
526 et 291 pages, 68 et 135 FF

Le Boogie des r?ves perdus de James Lee Burke

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Gerardo Lambertoni

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos