Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Da capo
de
Henri Deluy
Flammarion
18.29 €


Article paru dans le N° 024
septembre-octobre 1998

par Marc Blanchet

*

    Da capo

Il peut se le permettre". Voilà en somme ce qu'on est tenté de dire à la lecture du nouveau recueil de poèmes d'Henri Deluy, né en 1931, animateur de la revue Action poétique depuis les années 50 et directeur de la plus récente Biennale Internationale des Poètes en Val-de-Marne. Les fonctions ne doivent pas effacer l'auteur, mais tout lecteur comprendra aisément par les références faites dans Da capo à Mandelstam, Pessoa ou Aragon qu'Henri Deluy est aussi un lecteur passionné. Mais ce que "peut se permettre" ce poète, c'est la rencontre fracassante de multiples inspirations qui vont du poème déambulatoire (c'est un livre de voyages) à la prise de notes (c'est un journal intime) en passant par les souvenirs d'un siècle (mais non, c'est un livre d'histoire!) La cohérence de ce livre tient par l'extrême fidélité d'Henri Deluy à lui-même, la capacité à allier des observations presque objectives à une écriture ludique, consciente qu'avant tout sujet, prévaut pour le poème le mot.
"Il fait froid : chaque fois que s'écrit/ Ce type de phrase, il fait froid", écrit ainsi Henri Deluy, affirmant que la réalité n'est jamais aussi évidente que lorsqu'on l'écrit. Pour ce voyageur-traducteur infatigable, le lyrisme des choses apparaît d'autant plus flagrant qu'il peut le créer : "Puis, il fait presque nuit, un autre léger/ Brouillard se lève; la zone la plus obscure/ De la mer devient bleue; des papillons jaillissent/ D'un coquillage. Et la solitude devient une chose/ Merveilleuse." Parcouru des figures envoûtantes de Staline et du Che, Da capo captive sans chercher à séduire tout en offrant du monde une suite de scènes et de tableaux qui a la vertu d'une fréquentation aristocratique. En de courtes phrases, en de courts phrasés, le livre se construit entre oeuvres finies et laboratoire jusqu'à dire des vérités qui ne plairont pas à tout le monde : "L'histoire est toujours vraie;/ Ce sont les mots qui souffrent."

Da capo
Henri Deluy

Flammarion
252 pages, 120 FF

 Da capo de Henri Deluy

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Marc Blanchet

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos