Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Bientôt le soleil
de
Ludovic Janvier
Flohic
18.00 €


Article paru dans le N° 024
septembre-octobre 1998

par T.G.

*

    Bientôt le soleil

Si Guy Goffette a décidé de s'approcher de Pierre Bonnard en déclarant sa flamme à sa femme, Marthe (voir p.35), Ludovic Janvier compose une ode au peintre en l'attaquant par la couleur et les paysages. Dans ce texte écrit en correspondance aux belles illustrations qui occupent les pages paires, l'écrivain entre en mimétisme avec la peinture de Bonnard. Avec lui, il évoque "le figuier vêtu de guêpes" à "l'odeur sombre et sucrée", il se confronte aux infinités de bleus, aux cris, aux bruits qu'il voit sur les toiles du peintre et entend dans la Provence ensoleillée. Ecriture incandescente, lyrique et sauvageonne mais qui hésite sur le chemin à prendre. Et c'est là que le bât blesse : à force de tourner inlassablement sur lui-même, de multiplier les longues périodes, les faux paradoxes, le texte éloigne l'attention du lecteur plus attiré par l'évidence des couleurs des tableaux représentés. C'est comme si Ludovic Janvier, face à la fête charnelle de Bonnard avait eu envie de se taire ou de vivre, et comme si malgré tout, il s'était mis à la tâche d'écrire.

Flohic
93 pages, 98 FF

 Bientôt le soleil de Ludovic Janvier

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

T.G.

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos