Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Au-delà du mal
de
Shane Stevens
Sonatine
23.00 €


Article paru dans le N° 104
Septembre 2009

par Thierry Guinhut

*

    Au-delà du mal

On peut s'étonner que ce roman ait mis vingt-cinq ans à traverser l'Atlantique. D'une impeccable construction et d'un suspense de bon aloi, il ne fait en rien regretter de s'être laissé piéger dans ses 768 pages, au contraire. Tom Bishop est un enfant plus que dérangé qui finit par assassiner sa mère. Enfermé dans un hôpital psychiatrique, il s'en échappe, jeune homme " d'une intelligence supérieure " subtilisant l'identité d'un compagnon dont " il détruit le visage ". Il est donc mort pour le monde, introuvable ; sa véritable identité n'est connue que de lui seul, et du lecteur... Très vite, il libère ses pulsions sauvages, sa certitude de devoir venger et sauver l'humanité en éradiquant des proies féminines qui sont pour lui le réceptacle et la source du mal.
Il peaufine alors, de la Californie à New York, en passant par la Floride, un voyage transcontinental semé de femmes dont il ouvre et découpe les corps. Bien sûr, la police déploie un impressionnant arsenal local et national, mais le duel va se jouer entre Tom Bishop et un journaliste d'investigation, tenace et presque inquiétant : Adam Kenton. Suivant tour à tour les deux protagonistes, la narration est précise et rigoureuse, riche et palpitante. Bishop, aux prises avec " une lutte pour la suprématie au niveau le plus élémentaire de la nature humaine : le meurtre ", est " le Pouvoir ". Kenton vise lui la suprématie journalistique, évoluant dans le monde de l'édition et de la politique, dénichant au passage des scandales, dont celui d'un ambitieux gouverneur qui tente de profiter de l'effroi suscité par le " meurtrier total " et déjà légendaire pour militer en faveur de la peine de mort et surtout pour favoriser son ascension. Le roman policier s'ouvre alors, et ce d'une manière très cohérente, au roman de moeurs, à la satire politique, non sans une écriture analytique et généreuse en métaphores. Au final, le lecteur se trouve en présence d'une sorte de chaînon manquant entre Jack l'éventreur, Le Dahlia noir de James Ellroy et l'Hannibal Lecter du Silence des

AU-DELÀ DU MAL
de SHANE STEVENS
Traduit de l'anglais (États-Unis) par Clément Baude,
Sonatine, 768 pages, 23 e

 Au-delà du mal de Shane Stevens

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Thierry Guinhut

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos