Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Chicago-Ballade
de
Hans Magnus Enzensberger
Allia
3.00 €


Article paru dans le N° 104
Septembre 2009

par G. M.

*

    Chicago-Ballade

L'étui à violoncelle s'ouvre, sur la doublure de velours d'un rouge vineux repose une mitraillette toute neuve " : ce sont les premiers mots de Chicago-Ballade, étude extraite du recueil Politique et crime, publié en Allemagne en 1964. L'image vous dit quelque chose ? Pas étonnant : rien de mieux partagé que l'esthétique du gangstérisme, romantisme brutal qui nourrit tant d'oeuvres depuis des décennies. À en croire Hans Magnus Enzensberg, voilà bien le seul mythe qu'a su forger notre monde industriel. Revenons aux sources : 1920-1933, l'âge de la prohibition américaine, où quelques hommes, attachés à l'ordre social, la famille, la propriété privée, sauront répondre à la grande loi de l'offre et la demande, c'est-à-dire rationaliser la production et distribution d'alcool, en tenant politiques et polices par les couilles.
On les nomme aussi gangsters ; leur terrain d'élection est Chicago, où le fameux Capone administre la guerre des gangs, laquelle est " aussi pleine d'enseignements et aussi ennuyeuse que celle du secteur de l'alimentation dans n'importe quelle ville de province ; c'est un thème pour dissertation d'économie politique. Ses personnages sont très moyens ; le fait qu'ils aient eu recours à des mitrailleuses au lieu de traites ne les grandit pas ". Ce qu'ils ont de singulier, toutefois : ces hommes d'affaires du Nouveau Monde sont aussi des immigrants, c'est-à-dire issus d'une nuit des temps exotique et féodale, passé précapitaliste où s'entrechoquent pourboires fabuleux et code de l'honneur très obscur. Un " ordre plus ancien et plus barbare " que la société américaine accueillit néanmoins avec ferveur : c'est qu'elle était " prête pour la régression " des mitrailleuses, au même titre peut être que nous le fûmes pour celle des fascismes. Rapprochement intrigant, n'est-il pas ? Pour trois euros, aucune raison de se priver de la prose lapidaire et inquiète d'Enzensberg, quelque part " entre le roman-feuilleton et la philosophie ".


Chicago-Ballade
de Hans Magnus Enzensberg - traduit de l'allemand par Lily Jumel, Allia, 94 pages, 3 e

 Chicago-Ballade de Hans Magnus Enzensberger

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

G. M.

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos