Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

L’ Alfa Roméo
de
Annie Cohen
Zulma
9.50 €


Article paru dans le N° 100
Février 2009

par Jérôme Goude

*

   L’ Alfa Roméo

Un événement apparemment anodin, trois fois rien, suffit parfois à déclencher l'inspiration. Les mains s'animent alors, s'agitent, provoquant une espèce d'" enfer du côté des stylos ". Dans L'Alfa Romeo, cet événement revêt la forme d'une " liquidation ". Quelques heures seulement après avoir déposé un manuscrit chez son éditeur, la narratrice de ce bref récit conduit une " pauvre tire de 120 000 kilomètres " au purgatoire : un garage de Gentilly. Or, bien qu'elle avoue être dans l'incapacité de " différencier une Clio d'une R5, une 306 d'une Ford Fiesta ", cette dernière ne pourra pas se résigner à abandonner la vieille Alfa de son fiancé aux mâchoires métalliques de la casse...
Comme l'hymne mexicain de Consuelito Velázquez du lancinant Bésame mucho (Gallimard, 1998), cette " chignole " borgne à la carrosserie rouge constitue un leitmotiv métonymiquement lié à une palanquée de souvenirs.
Annie Cohen, dont l'écriture présente ceci de singulier qu'elle est tout à la fois franche du collier et ouvertement lyrique, empoigne le lecteur, l'entraînant au coeur de la ritournelle d'inoubliables " virées en banlieue " et autres balades. Prise dans le " cercle de l'obsession ", elle convoque le très cartésien Méthode, chien-maître d'amis, le témoignage du " fantôme des fours " Filip Müller Trois ans dans une chambre à gaz d'Auschwitz, une " naine marocaine ", le Café de France, etc.
Mais pourquoi est-il si difficile de refourguer une pauvre caisse ? Vivre sans bagnole, ça fait pourtant un autre corps, " soumis à sa seule vigueur " ; un " corps de poète qui marche dans les rues, le nez au vent, actif ". Pourquoi se réjouir du fait qu'un Jordanien s'y intéresse in extremis, la retape ? Peut-être, tout simplement, parce que L'Alfa Romeo est une sorte de métaphore du corps de l'écrivain. Un corps-carcasse à géographie variable (cf. Géographie des origines, Lmda N(o) 82) qui se fout pas mal des " itinéraires de l'enfance ", des frontières, et s'enivre au contact de tous les " paysages de la terre ".

l'alfa romeo
d'annie cohen
Zulma, 103 pages, 9,50 e

L’ Alfa Roméo de Annie Cohen

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Jérôme Goude

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos