Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

El ultimo lector
de
David Toscana
Zulma
18.00 €


Article paru dans le N° 101
Mars 2009

par Franck Mannoni

*

    El ultimo lector

Pour un auteur qui veut plaire, il est facile de flatter le lecteur paresseux. Il suffit de l'installer confortablement dans une histoire linéaire, au point de vue unique et de laisser filer des phrases clichés. Un écrivain qui voudrait impressionner ferait l'inverse. Il n'aurait qu'à briser la ligne, multiplier les angles, casser les phrases. David Toscana, qui aime la littérature, en a visiblement eu assez d'enchaîner les romans de ce style. Et pour bien montrer qu'il respecte son lecteur, il a décidé de dévoiler, pour lui, les coulisses de la création. Lucio, le personnage principal de son livre, est un bibliothécaire qui officie dans un petit village mexicain où personne ne lit. D'ailleurs, sa bibliothèque est officiellement fermée.
Habité par les ouvrages qu'il a lus, il analyse le moindre événement du quotidien en faisant référence à des passages qui lui ont plu ou déplu. Lorsqu'une petite fille disparue est retrouvée morte par son fils, il donne des conseils à ce coupable idéal et tente de manipuler l'enquête, citations à l'appui. Pour l'intraitable Lucio, le tri est vite fait. Tous les livres qui échouent à l'examen qu'il leur fait subir finissent à la cave, avec les cafards. " Ces insectes doivent régurgiter des prix, des succès et surtout de grotesques éloges qui vantent une prose efficace, un chef-d'oeuvre majeur, témoignage de l'exceptionnelle qualité littéraire de l'écrivain ". Au-delà du fait divers qui sert de prétexte à la trame, David Toscana propose des passages d'études comparées édifiants et des analyses critiques d'écrivains nébuleux. Tout se brouille. Est-on dans la récit du fait divers, la pensée de Lucio, un extrait lu, remanié ? Il bouscule son lecteur, mais pour lui apprendre à ne pas être le jouet de l'auteur et garder toute sa capacité critique. Un mauvais livre doit tomber des mains : " Il déteste les voitures parce que le détective Caselli ne monte pas dans la sienne pour se rendre de son bureau à la scène de crime, mais pour que l'auteur perde du temps à nous parler de la circulation

el último lector
de david toscana
Traduit de l'espagnol (Mexique) par François-Michel
Durazzo, Zulma, 215 pages, 18 e

 El ultimo lector de David Toscana

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Franck Mannoni

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos