Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Chroniques 1968
de
Alexandre Vialatte
Julliard
20.00 €


Article paru dans le N° 099
Janvier 2009

par Didier Garcia

*

    Chroniques 1968

Quoi de mieux qu'une chronique d'Alexandre Vialatte ? Deux chroniques, trois chroniques ; en un mot : une foule de chroniques. En voici 53, et toutes du même millésime : l'année 1968. Celles qu'il donna à La Montagne (ce qu'il faisait depuis 1952, à raison d'un envoi par semaine), et celles présentées par Spectacle du Monde (ce sont d'ailleurs souvent les mêmes, légèrement remaniées).
Les chroniques de Vialatte (1901-1971) ont ceci d'incroyables qu'elles sont faites de rien, d'une idée qu'il empoigne fermement et autour de laquelle il brode pendant des lignes, parfois même sur toute une page, avec un sens inné de l'absurde, un humour grinçant, et une phrase qui fait mouche avec une régularité stupéfiante.
Vous y découvrirez, entre mille merveilles, l'écrevisse-pistolet, et vous saurez tout ce qu'il est opportun de connaître sur les plus grands sujets, autrement dit les montagnes, les trottoirs, les continents, les fleuves, lesquels se jettent dans la mer et naissent en montagne, pour n'avoir pas de pente à remonter. Quid de mai 1968 dans tout cela ? Presque rien. Cependant que " Paris compte ses blessés, repave ses rues, replante ses arbres " et que les " ouvriers occupent les usines ", quand " le Général occupe l'Élysée ", Vialatte, lui, évoque le requin bleu, que l'on peut tanner pour en faire un bloc-notes, plus loin les boucheries chevalines, ou encore l'océan, qui " recouvre la totalité des terres immergées ".
À l'évidence, dans ces pages, rien n'est à prendre au sérieux. Vialatte s'amuse, le lecteur aussi. Si l'on s'abstient en général de recommander une méthode de lecture, on aimerait suggérer ici de ne lire qu'une chronique par jour. Une façon peut-être meilleure qu'une autre pour en apprécier tout l'humour : " Nietzsche, il est vrai, disait que la femme "a les cheveux longs et les idées courtes". Mais ce n'est plus vrai. Et il serait bien obligé de le voir. La femme, maintenant, a les cheveux courts. "

chroniques
d'alexandre vialatte
Julliard, 342 pages, 20 e

 Chroniques 1968 de Alexandre Vialatte

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Didier Garcia

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos