Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Adolescence
de
Pierre Garnier
Vanneaux (des)
12.00 €


Article paru dans le N° 101
Mars 2009

par Richard Blin

*

    Adolescence

En ces temps de pornographie mercantile et de culte du ventre et du bas-ventre, comment dire la nudité qui fait battre le coeur et lever le membre ? Comment dire l'origine nue, le nid du monde, " cette planète / ce dieu petit bijou ", " ces cercles que tu commences / en retroussant ta jupe " (P. Garnier) sinon en retrouvant un peu du plaisir sensuel de l'enfant apprenant à nommer le monde. C'est en tout cas cette fraîcheur des commencements que célèbre, à 80 ans passés, Pierre Garnier, un des pionniers de la poésie spatiale (le tome I de ses OEuvres poétiques vient de paraître aux Éditions des Vanneaux). Adolescence, c'est la fibre intime du temps restée aube en son jardin, c'est désirs et dérives dans les splendeurs prismatiques de l'impudeur belle. C'est baptême d'ondes, lac de gloire et scènes de haute carnation. " Te diviser entre le miroir et la / fenêtre / Te pénétrer / c'est aussi le désir d'aller / jusqu'au bout / de te diviser toute / tu es cette rivière / qui toujours s'allonge / sans se séparer de sa source... ". Oratorio de neige, écume de grâce, mariage du mot et du miracle, c'est Eve inchangée et toujours confondante qu'il nous offre en sa fleur, ses fluences et son Alléluia d'arche de Noé luxuriante.
Dans La Robe de nudité de Lambert Schlechter, dont on n'a pas oublié le poignant Silence inutile (La Table ronde, 1996), c'est le besoin crucifiant de voir, la morsure infinie du désir qui sont déclinés. Le clignotement chaud de la vie, le jeu des mots et des mains, la douceur d'être nu avec une femme, la simplicité fécondante du don, l'"ontologiclement " de la bouleversante et fascinante luxure. Poésie de l'interstice, du vertige de la chair mise à nu, de l'incompréhensible mystère de ce qui se passe entre la femme et l'homme. " - J'aurais ma robe verte, nous serions au salon et je vous regarderais. - Ce sera le temps, ce sera le moment. - Oui, d'être, d'être là, prodigieusement... "

adolescence
de pierre garnier
et la robe en nudité
de lambert schlechter
Éditions des Vanneaux, 52 et 64 pages, 12 chaque

 Adolescence de Pierre Garnier

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Richard Blin

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos