Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Archanges
de
Velibor Colic
Gaïa
16.00 €


Article paru dans le N° 093
Mai 2008

par Franck Mannoni

*

    Archanges

En 2005, Velibor Colic nous confiait (Lmda N°67) qu'il souhaitait se détacher de la guerre de Yougoslavie, un conflit qu'il avait vécu en tant que soldat avant de déserter : " J'évoque notamment un sniper qui tire sur une fille de 5 ans. Quand on relate ce genre de choses, on se dit que le métier d'écrivain s'arrête là. Est-ce qu'on peut se lancer dans un long discours ? Non ". L'auteur bosniaque replonge pourtant dans cet enfer avec Archanges, écrit directement en français, et de quelle manière ! Velibor Colic y mêle l'horreur : " au moment où le Duc l'a posée sur le lit, elle était déjà toute nue et à moitié morte. Elle était silencieuse, presque incorporelle. Et nous on voulait baiser, on était les vainqueurs et des soldats ivres, nous ", et une esthétique poétique : " La femme est tombée doucement, comme de la neige, comme si elle cherchait la place de son repos éternel ". La mort est ainsi torture et délivrance.
Sous-titré " Roman a capella ", Archanges est un récit à plusieurs voix qui réunit les bourreaux et leur victime. Senka, 13 ans, violée et exécutée, hante depuis une autre dimension son meurtrier. Celui-ci vit comme un clochard à Nice : " Je bois et je pue. Et j'invente mes poèmes ". Et puis il y a aussi le Duc, ce colosse fou, et ce poète lâche et vaguement idéologue. Tous à leur manière ont baigné leurs mains dans le sang. Certains passages sont presque insoutenables, notamment parce que Colic a choisi de s'interdire tout jugement. Il place le lecteur aux côtés des monstres, dans la configuration qui a rendu la barbarie possible. Dans ce texte au style percutant, l'innocence et la culpabilité, l'horreur et la beauté s'y épanouissent conjointement, jusqu'au malaise, à peine apaisé par l'énoncé de quelques vérités : " L'homme est pire qu'un chien ou qu'un âne, l'homme n'est qu'une grimace sur le visage de Dieu ".

Archanges de Velibor Colic
Gaïa, 157 pages, 16 e

 Archanges  de Velibor Colic

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Franck Mannoni

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos