Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Animals
de
Keith Ridgway
Ph?bus
19.50 €


Article paru dans le N° 081
Mars 2007

par Thierry Guinhut

*

    Animals

Depuis Le Journal d'un fou de Gogol, ou Le Horla de Maupassant, nombreux sont les écrivains qui ont investi le difficile terrain de la folie. Keith Ridgway réussit-il à égaler ses maîtres ? Si l'on en croit sa capacité à être exact, précis et progressif, l'Irlandais a réussi son pari. Cependant sa méticulosité, sa lenteur, qui paraîtront un atout majeur pour les uns, pourront décourager certains lecteurs. En effet la vision maniaque, détaillée, d'une souris morte dans la rue manque singulièrement d'allant narratif, alors qu'il s'agit de l'incipit du roman. On fait enfin connaissance avec le milieu gay dans lequel le narrateur, un dessinateur, entretient une relation avec le conseiller d'un ministre, jusqu'à ce que, le voyant sucer le stylo utilisé pour pousser la souris, il le quitte avec fracas.
L'a-t-il tué ? Tandis qu'un ami architecte lui raconte une histoire d'immeuble hanté, il est peu à peu assailli par la " terreur ", par tout un zoo miniature : une araignée écrasée entre sa serviette et son visage, un chien, des limaces... La piscine qu'il fréquente s'écroule en n'épargnant que son corps, car " la paranoïa est bien plus infectieuse que l'anthrax, la peste ". Il se brouille avec ses amis, y compris l'écrivain qui travaille à parfaire une société imaginaire. Tous d'ailleurs sont raisonnablement fous : l'une est une artiste de la fabulation, l'autre " se filme pendant qu'elle défèque ". Quant à notre dessinateur, il sème les catastrophes et peuple la ville d'images fantasmatiques, il s'effrite à l'image de ses phrases aux mots explosés, il ne voit " plus la page ", métaphore de la fin de l'écriture et de la disparition du monde. Sans conteste, Keith Ridgway a du talent pour dresser un tableau ordonné et hallucinant du désordre mental.

Animals de Keith Ridgway - Traduit de l'anglais (Irlande) par Aline Azoulay, Phébus, 256 p., 19,50 e

 Animals de Keith Ridgway

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Thierry Guinhut

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos