Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Correspondance 1912-1924
de
Valéry Larbaud
Claire Paulhan
30.00 €


Article paru dans le N° 075
Juillet-Août 2006

par Didier Garcia

*

    Correspondance 1912-1924

Pas de révélations fracassantes dans ces 149 lettres échangées entre Jacques Rivière (" l'homme de barre " de La NRF selon l'expression de Joseph Delteil , dont il assuma la direction à partir de 1919 jusqu'à sa mort en 1925) et Valery Larbaud (l'auteur alors très en vue d'A. O. Barnabooth) : ce sont des mots d'affaire, avec ce que cela implique de sollicitations, d'amabilités, d'impatiences et d'agacements respectifs. Sans le formidable appareil critique réalisé par Françoise Lioure (à qui l'on doit l'édition de plusieurs volumes de la Correspondance de Larbaud), certaines lettres resteraient d'un intérêt très relatif. Heureusement, il arrive que Larbaud se laisse à évoquer ses projets (Beauté, mon beau souci... par exemple), envers lesquels il se montre d'une inflexible sévérité, et dont la progression se trouve sans cesse retardée par les traductions qu'il entend donner des écrivains européens dont il découvre l'oeuvre lors de ses voyages (Samuel Butler, Joyce, Ramón Gómez de la Serna).
Et le moins qui se puisse dire, c'est que Larbaud a du nez : " Il y a dans la littérature anglaise nouvelle un seul grand écrivain : James Joyce. Une fois Ulysses publié (cet hiver) Joyce sera l'écrivain le plus célèbre, le plus scandaleusement célèbre, du monde " (lettre datée du 6 juillet 1921).
Inédites dans leur intégralité, les Notes pour servir à ma biographie, écrites en 1928 sur une proposition de Maurice Martin du Gard, présentent une journée de travail de Larbaud. L'écrivain y examine ses pratiques (de la critique à la traduction, en passant par la création romanesque), guidées par la recherche du plaisir, et son absence de méthode. Au final, on tient quelque chose qui s'apparente à une déposition : le témoignage de celui qui se disait " vivre pour travailler ".

Notes pour servir à ma biographie de Valery Larbaud et Correspondance 1912-1924 de Valery Larbaud & Jacques Rivière, Éditions Claire Paulhan, 112 et 272 pages, 20 et 30 e

 Correspondance 1912-1924 de Valéry Larbaud

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Didier Garcia

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos