Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

L' Ami de la mort
de
Pedro Antonio De Alarcon
FMR/Panama
21.00 €


Article paru dans le N° 074
Juin 2006

par Eric Dussert

*

   L' Ami de la mort

Vingt ans après la disparition de Borges, FMR et Panama s'associent pour rééditer " La Bibliothèque de Babel ". Une commémoration de papier.

Jorge Luis Borges est mort le 14 juin 1986 à Genève. C'est là qu'il s'était replié après avoir été limogé de la Bibliothèque nationale argentine en 1974 par Juan Peron. Une coup de l'Histoire puisque le " maître incontesté " des lettres argentines avait été nommé à son poste après la disgrâce du même Peron en 1955. Pour Borges, ce repli européen était aussi un retour aux sources : c'est en Suisse qu'il avait étudié et découvert les chefs-d'oeuvre de la littérature. Il s'en ouvrait dans la préface au Cardinal Napellus de l'Autrichien Gustav Meyrink (1868-1932), l'auteur du Golem : " À Genève, vers 1916, sous l'influence de livres volcaniques de Carlyle, j'entrepris l'étude solitaire de la langue allemande (...) je fus lancé magiquement dans une littérature qui m'a accompagné fidèlement toute ma vie. "
Réédité avec L'Ami de la mort de l'Espagnol Pedro Antonio de Alarcon (1833-1891), Le Cardinal Napellus appartient à " La Bibliothèque de Babel ". Cette prestigieuse collection dédiée aux classiques de la littérature fantastique était le fruit de la rencontre à Buenos Aires de l'éditeur italien Franco Maria Ricci, dit FMR, et de Borges qui établit la liste des titres à publier. L'ensemble des trente-trois livres, qui aurait pu paraître à l'enseigne de la " Collection de l'ombre " selon le premier souhait de Borges, vit le jour en Italie en 1974. Une version française parut en 1977 grâce aux éditions Retz, pour disparaître en 1981, douze titres plus tard.
C'est un jubilé de papier : à l'occasion du vingtième anniversaire de la disparition de Borges, Franco Maria Ricci, associé cette fois aux éditions Panama, a entrepris de rééditer l'ensemble initial au rythme de six titres par an, avec les fameuses préfaces de Jorge Luis Borges, et au même format que la série originale dont l'élégance et la souplesse avaient séduit les amateurs les deux premières rééditions sont malheureusement bien raides et les mains fatiguent vite à les maintenir ouverts... Sont donc annoncés les classiques de l'étrange selon Borges : London, Machen, Pu Songling, Saki, Beckford, Papini, Hinton, Hawthorne, L'Isle-Adam, Dunsany, Melville, Kafka, Lugones, Chesterton, James, Wells, Bloy, Poe, Wilde, Stevenson, les Mille et une Nuits dans les traductions de Galland et de Burton, ainsi que deux volumes de contes russes et argentins. Et puis, last but not least, l'A/Z de Borges lui-même, mais aussi son 25 août 1983, Le Livre des rêves et les Nouvelles histoires de Bustos Domecq qu'il imagina avec Bioy Casares.
Tous les partis pris de l'Argentin trouvent bien sûr leur traduction dans cette anthologie internationale. Le plus surprenant reste l'absence d'Hoffmann, qui n'eut curieusement jamais l'heur de lui plaire, mais aussi celles de Bram Stoker ou de Lovecraft. Néanmoins, il devenait urgent de rééditer Le Miroir qui fuit de l'Italien Giovanni Papini (1881-1956) admirable recueil de nouvelles annoncé pour septembre , La Statue de sel de l'Argentin Leopoldo Lugones (1874-1938), ou les Scientific romances du mathématicien britannique C. H. Hinton (1853-1907).
Si FMR diffuse toujours en Italie une série de luxe sous coffret le tout imprimé sur " papier fabriqué à la main " et " relié en soie noire d'Orient avec dorures à l'or fin " , pour la modeste somme de mille deux cent cinquante euros, il faudra attendre un lustre pour s'offrir la collection complète en langue française. On ne peut s'empêcher de remarquer ici qu'il faudra du courage aux éditeurs qui diffuseront en France une nouvelle édition de Micromégas (Voltaire), du Diable amoureux (Cazotte) ou des Histoires désobligeantes (Bloy), puisque les éditions concurrentes ne manquent pas. Mais, comme l'écrivait Meyrink, " nous ne pouvons rien accomplir qui ne soit magique. "

Le Cardinal Napellus de Gustav Meyrink et L'Ami de la mort d'Alarcon, FMR/Panama, 80 et 169 pages, 19 et 21 e

L' Ami de la mort de Pedro Antonio De Alarcon

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Eric Dussert

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos