Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Correspondance, 1888-1891
de
Arthur Rimbaud
Gallimard
7.50 €


Article paru dans le N° 014
novembre 95-janvier 96

par Eric Dussert

*

    Correspondance, 1888-1891

Il faut être un rimbaldien fervent pour traverser sans bâiller ce qui subsiste de la correspondance africaine du poète.
Fixé à Aden depuis 1880, Arthur Rimbaud a entrepris un "trafic lucratif", le commerce des armes. Sa première caravane traverse le Harrar en 1885 mais les négociations avec son client, le roi Ménélik, s'éternisent. Elles aboutiront en 1888 grâce à l'entremise d'un ingénieur suisse, Alfred Ilg qui deviendra son correspondant.
L'échange des deux hommes dure à peine plus de trois ans -Rimbaud meurt en 1891- et il n'offre au fond qu'un intérêt documentaire. Les lettres révèlent même un homme souvent déplaisant, brutal parfois. Et s'il n'abdique pas son goût d'une "vie errante et libre", le poète saoule son lecteur d'une litanie de chiffres, de listes des marchandises et de projets enterrés. Inconséquent, maladroit en affaires, il ne reste à Rimbaud que son errance.
Desservi par une préface datée et décousue de Jean Voellmy, ce livre ennuyeux vit des rentes d'un nom.

Gallimard, l'Imaginaire
196 pages, 47 FF

 Correspondance, 1888-1891 de Arthur Rimbaud

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Eric Dussert

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos