Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Dormi pleuré
de
Raymond Queneau
Castor Astral (Le)
6.40 €


Article paru dans le N° 017
septembre-octobre 1996

par Marie-Laure Picot

*

    Dormi pleuré

Fils Parac et père Quenottes

Il eut été dommage qu'une collection oulipienne, ne réserve pas sa première publication au papa de l'Oulipo, le dénommé Raymond Queneau. Et qu'en deuxième publication le fiston, un de ceux qui ont le mieux représenté l'Ouvroir de Littérature Potentielle, prenne le relais. Mais bon, les inédits d'auteurs morts d'une part et complètement acceptés et même chéris d'autre part, sont loin de courir les maisons d'édition. Pourtant, ce sont des étudiants de l'I.U.T. Métiers du livre de Nanterre, qui ont mis le grappin sur deux "petits" textes, l'un complètement inédit (le Queneau) et l'autre ayant fait uniquement l'objet d'une lecture en 1981 au Centre Georges-Pompidou (le Perec).
Deux livres extrêmement courts, commentés, annotés ,et, disons, augmentés par la contribution d'écrivains contemporains, pour la plupart oulipiens. Ainsi, le bref journal intime (une vie résumée en 20 lignes) de Raymond Queneau dont on ne peut que s'interdire d'en livrer un extrait, de peur de livrer l'ensemble, est augmenté d'un texte de Paul Fournel, Bébé-Queneau, un hommage biographique vraiment très "chouette". What a man de Georges Parac, introduit et commenté par l'oulipien Marcel Bénabou est un livre beaucoup plus complexe que Dormi pleuré, parce que plus technique. Il est utile de connaître à l'avance l'oeuvre de Georges Perec pour apprécier la portée de ce texte écrit en monovocalisme en A (une contrainte d'écriture que Georges Perec a utilisée de nombreuses fois dans ces livres et qui consiste dans l'utilisation d'une seule voyelle, en l'occurrence ici, le A).
En outre, l'analyse très érudite de Marcel Bénabou, loin d'en offrir une lecture qui pourrait se suffire à elle-même, renvoie sans cesse à l'oeuvre de Perec et à ses différentes influences. Quoi qu'il en soit, ces deux inédits pris isolément, sont, à l'image des oeuvres de leurs auteurs respectifs, de perspicaces et très poétiques bouffonneries.

Marie-Laure Picot

Dormi pleuré
Raymond Queneau
What a man!
Georges Perec

Le Castor Astral coll. L'iutile
42 et 59 pages, 39 et 49 FF

 Dormi pleuré de Raymond Queneau

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Marie-Laure Picot

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos