Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Crash
de
J.G. Ballard
Deno
20.00 €


Article paru dans le N° 060
Février 2005

par Thierry Guinhut

*

    Crash

Sous la plume féroce de J. G. Ballard, sismographe du genre humain, les nouvelles " middle classes " se muent à Londres en casseurs révolutionnaires.

Pour impressionner, une fiction doit souffler sur nos peurs. Pas forcément les plus évidentes, catastrophes naturelles, terrorisme islamiste ou tours infernales venues du réel ou de scénarios éculés, mais les moins soupçonnables. C'est ainsi que Ballard s'est acharné à nous torturer avec l'érotisme cruel des accidents de la route dans Crash (aujourd'hui réédité), avec la menace des loisirs définitifs des vacanciers dans Fièvre guerrière, ou avec des enfants meurtriers dans Le Massacre de Pangbourne. C'est encore une révolution inattendue qui sourd du Millenium people : celle des classes moyennes.
Bénéficiant des révolutions industrielle puis informatique, le peuple des classes moyennes et des banlieues voit ses tendances et fantasmes attiser l'évolution des moeurs. Mais lorsqu'on menace son pouvoir d'achat, ce " nouveau prolétariat, victime d'un complot séculaire " décrète : " la prochaine révolution concernera le stationnement ". Cet enfant gâté enchaîne les actes terroristes, puérils, violents. Avocats, enseignants, médecins, assureurs, journalistes, architectes, ils ont leur leader en Richard Gould, un pédiatre illuminé, et dévastent leur quartier. En quête d'un sens introuvable parmi leur " ennui féroce ", ils s'attaquent aux pingouins du zoo, à la statue de Marx, aux musées, assassinent une vedette de la télévision...
Quel est leur véritable ennemi ? Infiltrés par le narrateur, David, un psychologue nanti d'une jolie femme handicapée et qui n'est pas sans jouir de participer à la guéguerre, ces cadres instruits ont " entrepris de démanteler leur monde bourgeois ", d'en finir avec le tourisme, avec la culture. " Il n'y avait pratiquement pas une activité humaine qui ne fût la cible d'un groupe concerné ", animé par une " religion primitive " et " avide d'un personnage charismatique ". Le capitalisme de consommation, les valeurs libérales, l'Amérique et Hollywood sont au premier rang des accusés. Après les manifs contre les OGM et l'Organisation mondiale du commerce, après l'attentat du 11 septembre qualifié de " courageuse tentative de libération ", cette " abdication de la responsabilité civique " les conduit à incendier une cinémathèque, à tuer des innocents en rêvant de " changement cataclysmique ". Pour ériger quelle société ? En fait, ces nouveaux fascistes avides de " rôles intéressants ", d'" une vie plus intense " rêvent de " bâtir une Angleterre plus saine d'esprit ", " des lois sans sanctions ", " un soleil sans ombres ". Fulminant contre la servilité bourgeoise, ne sont-ils pas de pires tyrans ?
Qui lirait Millenium people pour s'exciter au spectacle de ces révolutionnaires à la mode en manquerait le propos. Certes, il est bien question d'excitation sexuelle par la violence. En témoigne la folle nuit d'amour de David et Kay après l'attentat à la Tate Modern. Mais plus qu'un roman à thèse sur la crise de la société d'abondance, il s'agit d'un portrait à l'acide de ceux qui la refusent au nom de leur " catéchisme d'obsession ". Là se dessine la veine satirique de Ballard. Jouer les rebelles, chercher des coupables fantasmés, dictature des médias de consommation ou capitalisme international, n'est-ce pas se renvoyer à soi-même sa vanité... Prenant la vie pour un divertissement dans un " immense parc à thèmes ", l'homme consomme la santé, la liberté, le luxe, méconnaissant la face dangereuse de toute existence. En fait, Ballard, qui dénonça dans un récent entretien à L'Express " une dictature soft et un nouveau fascisme comme celui qui est en train de naître aux États-Unis ", n'incrimine pas un totalitarisme démocratique ou commercial, mais notre amollissement dans une dépendance qui n'est plus celle de l'esclave mais celle du dernier homme nietzschéen, heureux de sa médiocrité, mais prêt à se parer de l'auréole du casseur révolutionnaire dès que l'un de ses hochets menace de lui manquer.
Comme dans Super-Cannes dans lequel les cadres très supérieurs de l'Eden-Olympia peuplent leurs loisirs du luxe du délit, du braquage et du meurtre, il s'agit dans Millenium people, ce diagnostic indispensable malgré une intrigue distendue, de radiographier moins les ressorts secrets de la bourgeoisie capitaliste que ceux de l'homme. De pires utopies ont plus encore déchaîné les pulsions criminelles au cours du siècle précédent. Si l'on suit Fukuyama qui voit dans le capitalisme libéral " La Fin de l'Histoire ", il ne signifiera pas pour autant la fin du mal, ce fantasme humain, trop humain. Féminisme et écologie seront peut-être nos futures tyrannies, comme le propose Ballard dans La Course au paradis. Les technologies de réparation-rééducation corporelle animeront de nouveaux fantasmes érotiques comme le dépeint Crash. C'est ainsi qu'engagé dans les labyrinthes de La Foire aux atrocités (pour reprendre le titre programmatique publié par Tristram) Ballard est l'un des sismographes les plus avancés de notre temps.

James G. Ballard
Millenium people

Traduit de l'anglais
par Philippe Delamare
367 pages, 22 e
Crash

Traduit de l'anglais
par Robert Louit
272 pages, 20 e
Denoël

 Crash de J.G. Ballard

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Thierry Guinhut

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos