Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

L' Aile pourpre
de
Nicolas Dieterlé
Arfuyen
13.00 €


Article paru dans le N° 053
Mai 2004

par Richard Blin

*

   L' Aile pourpre

Crucifié sur un cristal " : c'est ainsi que Nicolas Dieterlé qui s'est suicidé à 37 ans définit le poète. Une voix nue, prenante, à découvrir.

Premier texte publié d'un écrivain qui n'a jamais souhaité le faire de son vivant, L'Aile pourpre de Nicolas Dieterlé (1963-2000) est un florilège d'instants, le journal d'une âme. C'est le parcours initiatique d'un homme qui las de vivre dans la banlieue de lui-même, " dans cette périphérie ingrate, coupée du fleuve de la vie, où les êtres et les choses ressemblent à des ombres fanées " a choisi de s'installer dans le Var, pour y redéployer ses " ailes de lumière ", et renouer avec l'espace de son désir.
Le regard comme littéralement lavé au contact d'une nature dont chaque manifestation le confronte à l'intérieur secret des choses, il va consigner (de mars à septembre 2000) ses rencontres avec l'être du monde ou tout au moins quelques-uns de ses multiples avatars.
Cristallisations d'instants, d'intuitions, d'images, de rêves, ses notations disent " l'alléluia du maintenant ", la façon dont l'eau, la lumière, le jour résonnent en lui, se prolongent en palpitations brèves ou en nourriture spirituelle. Elles témoignent de la métamorphose incessante des arbres, des fleurs, des montagnes, qui " ne sont opaques qu'en apparence : en leur sein s'agite l'or aigu de la joie ". Guidé par l'émotion et une sorte d'intelligence instinctive des phénomènes, il regarde, écoute, s'imprègne d'un monde qui n'est qu'attrait, fascination, transparence faite prisme, porte ouverte sur la " demeure nuptiale de la joie " et de son " irréfrénable lumière ". Il y a là une métaphysique du regard se cachant sous l'humilité d'une écriture sachant parfaitement s'effacer au profit de ces moments de grâce épiphanies ou noces secrètes du ciel et de la terre qui laissent sans voix tant s'y devine la proximité d'une autre réalité, ou parce qu'il est soudain impossible de distinguer clairement le révélateur du révélé... " Comme un nuage, je traverse en dansant l'épaisseur inquiète des choses ".
C'est que Nicolas Dieterlé est de ceux qui se méfient de la raison quand elle n'est que cette " roue mortelle écrasant les menues graines de la joie, qui est connaissance ". Décidé à se défaire du " filet de négation jeté sur le monde par les partisans de la routine et de l'aveuglement ", il se fie aux amers de sa seule joie pour accéder à la part d'intemporel qui affleure dans le présent. Persuadé que l'éphémère englobe l'immense et l'éternel, que la beauté poignante du monde ne peut qu'éveiller à un absolu derrière lequel se profile l'ombre d'une autre présence (le dieu de " la joie communiante " ?), c'est en poète, toujours, qu'il suggère, à défaut de pouvoir les rendre visibles, les forces qui justement ne le sont pas. En poète de la nudité, en poète du silence, de ce silence qui veut traduire ce qui échappe à toute fable, et que la langue dit " ineffable ". " Le silence est l'offrande la mieux accordée à la plénitude de la beauté ".
Une poésie qui, pour être " un chuchotement qui approfondit le silence ", " un feu dont le rayonnement est une lame pénétrante ", n'en est pas moins nourrie par le rêve, quasi alchimique, de transmuter ce qui n'est qu'espoir enfoui en certitude, car à l'instar de Novalis (à la biographie duquel il a travaillé jusqu'à sa mort), Nicolas Dieterlé est convaincu que l'homme n'est pas seul à parler, que " l'univers aussi parle tout parle des langues infinies ", du prunier en fleurs au vol du goéland.
"
J'ai parfois l'impression d'être un vase trop frêle pour la plénitude qui cherche à m'habiter ", écrira-t-il. Prémonition ou lucidité ? On sait qu'il est des élans capables de renverser l'espérance en désespoir... Toujours est-il que celui qui se sentait parfois poursuivi par " les chiens de l'anxiété ", se donnera la mort le 25 septembre 2000, laissant derrière lui une oeuvre picturale et de nombreux écrits dont l'essentiel est sans doute à découvrir.

L'Aile pourpre
Nicolas Dieterlé
Arfuyen
100 pages, 13 e

L' Aile pourpre de Nicolas Dieterlé

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Richard Blin

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos