Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Choix de lettres, 1923-1993
de
Henri Thomas
Gallimard
31.50 €


Article paru dans le N° 046
Joanna Leary, à qui l'on doit l'édition de ce Choi

par B.B.

*

    Choix de lettres, 1923-1993

Thomas avait déclaré qu'" il ne voulait pas être vu, après sa mort, autrement que comme il avait vécu ". S'adressant aux divers destinataires, il se présente donc dans les différents rôles que lui a imposés la vie, comme enfant et fils, collégien, soldat, mari et amant, professeur, homme de lettres et ami mais, surtout, c'est la voix du philosophe que l'on entend dans ces lettres.

En quoi ces lettres ont-elles à vos yeux une valeur littéraire ?
Elles remettent en cause la définition classique de l'espace épistolaire, voire, la réduction de la distance qui sépare deux correspondants. Thomas tient son destinataire rigoureusement à l'écart, le séduisant par sa maîtrise du langage, comme par ailleurs, il savait si bien faire dans la vie réelle. (Sa réputation de raconteur est légendaire.) Ses lettres ne sont pas la contrepartie d'un échange. Elles ne fournissent qu'un minimum d'éclairage du côté du destinataire.

En quoi peut-on dire que l'oeuvre de Thomas s'inscrit dans le XXe siècle ?
Le XXe siècle fut révolutionnaire, par les immenses progrès scientifiques (sur lesquels Thomas n'a cessé de se documenter) et par la contestation des valeurs de la société occidentale. L'oeuvre de Thomas constitue un bloc de résistance, saisissant et témoignant de l'authenticité de la tradition humaniste, qui dépend de la confiance dans la vie et l'amour du prochain. Thomas, lui-même, appartient au corps si cher à la culture française, le corps des " clercs ".

Malgré les prix qui l'ont couronnée et les rééditions, comment expliquer le caractère toujours confidentiel de l'oeuvre de Henri Thomas ?
Onze prix dont le Premier Prix du Concours Général en 1931, le Femina en 1961 et le Grand Prix de la Société des Gens de Lettres en 1992. Plus de cinquante ouvrages, romans, nouvelles, traductions, essais critiques, poésie, publiés chez six maisons d'édition et une oeuvre qui s'est peu vendue. Une anomalie curieuse. La critique s'est parfois demandée si Henri Thomas fut victime des tacticiens de la littérature, puni pour son indifférence à leurs jeux.
Est-ce, tout simplement, que l'oeuvre de Thomas n'a pas eu un succès commercial parce qu'elle dérange, parce que son auteur, comme tout explorateur, accepte le risque d'avancer en territoire inconnu, l'abîme qui est l'homme, soumettant tout à l'épreuve.
Indifférent à la politique, Thomas fut fasciné par le mystère de l'homme, le voyant, comme Spinoza (son inspiration majeure) comme victime de sa nature et de la société.

Un homme trop discret ?

Henri Thomas a tout fait pour se transformer en mythe de son vivant, étant un curieux mélange d'humilité et d'orgueil. Très tôt, il a pris la décision de se soumettre, intellectuellement, à une discipline rigoureuse qui lui permettrait de s'affranchir du jugement de l'autre. Ce fut un choix courageux, reconnu d'ailleurs très tôt par ses contemporains.
" Pour donner la preuve que cet écrivain était très peu homme de lettres, je noterai que, dès qu'un carnet était rempli, Thomas généralement l'égarait
. (...) Sa vie vagabonde ne lui permettait pas d'avoir des dossiers bien classés. Je crois aussi qu'il avait confiance dans l'avenir ; tout se retrouverait au moment voulu. Écrire était pour lui un exercice spirituel. L'important était d'avoir l'esprit agile et ordonné. L'ordre apparent, l'ordre des choses, lui paraissaient très secondaires. Il ne s'en préoccupait guère. " Jacques Brenner, Lumières de Paris (Grasset et Fasquelle, 1983).

2003-12-05

 Choix de lettres, 1923-1993 de Henri Thomas

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

B.B.

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos