Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

L' Accusé
de
Emmanuel Robin
Phébus
8.50 €


Article paru dans le N° 048
15 novembre-31 décembre 2003

par Didier Garcia

*

   L' Accusé

La course à l'abîme et les inconséquences d'un adolescent dans un no man's land de province. Entre autodestruction et déréliction.

1929. Même si les ragtime font encore danser, les années folles agonisent. Dans quelques mois, le jeudi noir d'octobre aura endeuillé l'économie mondiale. Pendant ce temps, un jury, composé entre autres de Mauriac, Bernanos, Giraudoux, Maurois et Green, décerne à l'unanimité un prix nouvellement créé : celui du premier roman. Son lauréat est Emmanuel Robin, un jeune écrivain qui courtise la trentaine et qui semble promis à une belle carrière. Mais à la surprise générale, l'auteur avoue n'être guère désireux de s'immiscer dans le landernau littéraire ; il confie même à ses illustres parrains qu'il n'envisage pas de bâtir une oeuvre, estimant avoir tout dit dans cet Accusé lève-toi qu'ils viennent de couronner.
Il ne dira d'ailleurs presque plus rien : pressé par son éditeur, il publie quatre ans plus tard Catherine Pecq, un roman qu'il juge bâclé, abandonne quelques notes au Mercure de France ainsi qu'à Europe, avant de se retirer pour se consacrer à sa véritable passion, l'enseignement, qui lui permet de compenser une absence d'enfant dans sa vie de couple. Imaginant une réédition, il reprendra quand même le roman qui l'avait propulsé sur le devant de la scène, réduisant notamment le titre que son éditeur Plon lui avait imposé.
Emmanuel Robin naît avec le siècle à Baboeuf dans l'Oise. Son père s'étant expatrié peu après sa naissance, il est élevé par sa mère. Lors de son année de khâgne à Henri IV, il suit les cours d'Alain et se lie avec Pierre Bost, dédicataire de L'Accusé. Puis il devient professeur de lettres à Coutances, publie quelques textes dans le Navire d'argent, la revue d'Adrienne Monnier, avant de rédiger son coup d'éclat. Lorsqu'il meurt, en 1981, L'Accusé n'a toujours pas revu le jour.
Alors que bon nombre d'écrivains s'appliquent à exalter une enfance heureuse balayée par les tourments de l'Histoire, créant ainsi un véritable courant de littérature juvéniste (ce qui autorisera Edmond Jaloux à lâcher cette remarque agacée : " Il commence à y avoir dans le roman excès d'adolescents ! "), Emmanuel Robin se tourne vers l'absurdité de la destinée humaine. L'Accusé présente le parcours chaotique d'un jeune homme qui, victime d'une humiliation infligée par son père, quitte le domicile familial ; il est alors collégien. Ne parvenant pas à se faire admettre par ses condisciples, il trouve refuge chez sa grand-mère, qui le ramène quelques heures plus tard chez ses parents. Il apprend alors que sa mère est atteinte d'une maladie sans nom dont elle ne se remettra pas. Entraîné dans les aventures politiques de son père, qui délaisse son poste de professeur pour diriger une gazette locale, il quitte les rangs du collège, fréquente les bistrots de la ville, et lorsque sa mère meurt, il décide de se jeter dans la vie comme d'autres dans le vide. La suite prend les allures d'une pitoyable errance. Dans une ville à peine remise de la guerre, il cherche en vain le petit boulot qui lui permettrait d'assurer son quotidien, commet de menus larcins dans le seul but, semble-t-il, de se faire humilier, avant d'être embauché comme domestique dans l'hôtel crasseux où il a élu domicile. Le répit est de courte durée. Alors qu'il est devenu employé de banque, il dérobe une belle somme d'argent qu'il dilapide en une seule mise dans un casino en Belgique. De retour dans son hôtel minable, il se laisse aller à un geste impulsif et tue une jeune fille, gratuitement oserait-on dire. Le roman se referme sur son procès, dont il attend qu'il lui explique son acte.
L'Accusé
tolère plusieurs lectures. On peut d'abord y voir l'histoire d'un drame existentiel et faire de Robin un précurseur de Sartre (La Nausée paraîtra dix ans plus tard) : vraisemblablement marqué à vie par l'humiliation dont il fut la victime, le narrateur cède volontairement à des désirs, ou plutôt à des pulsions qui lui font commettre des actes toujours plus dégradants. Mais il est aussi possible d'y lire un roman de l'absurde : l'existence humaine n'a guère de sens sous la plume de Robin. De là à l'associer à Kafka, comme le fait Jean-Pierre Sicre dans sa note de présentation, c'est aller un peu vite en besogne. Dans les romans de Kafka, les personnages vivent dans un monde absurde qui leur préexiste, sur lequel ils n'ont aucune prise, et qui s'acharne contre eux. C'est en revanche la conduite générale du narrateur de L'Accusé qui rend sa vie absurde. Une responsabilité personnelle qui fait de ce roman, plutôt qu'une évocation d'un monde placé sous le joug " d'un mal banalisé ", une belle réflexion sur la destinée humaine.

L'Accusé
Emmanuel Robin
Phébus/"Libretto"
224 pages, 8,50 e

L' Accusé de Emmanuel Robin

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Didier Garcia

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos