Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Deux rives
de
Fabio Pusterla
Cheyne
18.00 €


Article paru dans le N° 044
Mai-juillet 2003

par Gianni Angelini

*

    Deux rives

D'emblée on est mis en confiance. On y va désarmés... et on glisse de la transparence apparente des pages aux soubassements inquiétants, opaques, du quotidien. Entre géologies fragiles, souvenirs de paysages, revenez-y amers, sentiers et talus, l'auteur nous donne l'accolade, nous tend une cigarette, pour mieux contempler les pauvres matériaux dont nous sommes faits, dont nous sommes issus. Si Fabio Pusterla (écrivain suisse-italien, également traducteur, né en 1957) fonde bien sa voix sur les éléments d'une vie "normale" -"Les longues gloses sur la moindre peine, le compte rendu/ des années, des siècles, des morts/ Calendriers, miracles, naufrages./ Puis le silence"- il est vrai, aussi, qu'il les racle pour en tirer des étincelles de vérité.
Le quotidien qui semble confortable devient en effet l'aiguillon de la pensée, la scarification qui catalyse le poème. Ce recueil, composé d'extraits de deux livres1, plonge ses racines dans une veine de la poésie italienne qui va de Montale, Sereni, Caproni (surtout) à des poètes contemporains tels que Milo De Angelis ou Magrelli. Tous, comme Pusterla, ont moulé leur recherche dans la réalité pour éviter les dangers des redondances poétiques, amarrés aux fondements vitaux qui rapprochent les hommes. C'est cela, aussi, qui fonde l'esthétique de l'auteur : ces "voix de mes poètes/ montaient toujours d'en bas/ parlaient bas/ à partir du fond".
Par moments, la sobriété de sa parole nous donne comme une sensation de trop de sagesse mais, c'est de sincérité, d'éthique, qu'il s'agit. Son écriture est le prolongement naturel du vécu, de la matérialité de nos rapports avec le monde où nous sommes exilés. La tentative de vivre dans la vérité malgré nos brûlures intérieures.

Deux rives
Fabio Pusterla
Traduit de l'italien par Béatrice
de Jurquet et Philippe Jaccottet
Cheyne
115 pages, 18 e

1 dont Les Choses sans histoire, traduit par Mathilde Vischer, qui paraît aux éditions Empreintes (240 p., 9 e)

 Deux rives de Fabio Pusterla

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Gianni Angelini

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos