Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Souvenirs de chevaux
de
Yordan Raditchkov
Fata Morgana
16.00 €


Article paru dans le N° 043
Mars-mai 2003

par Pierre Hild

*

    Souvenirs de chevaux

Né en 1929 dans un village du nord-est de la Bulgarie, Yordan Raditchkov est l'auteur d'une oeuvre abondante traduite bien partiellement en France. Notamment par L'Esprit des péninsules qui a donné deux de ces livres majeurs Nous les moineaux et Récits de Tcherkaski.
"Je déteste les choses mortellement sérieuses. (...) J'ai une fascination pour la sagesse paysanne qui se cache derrière l'apparente naïveté des gens simples. Elle est sous-jacente à tous mes récits" déclare celui que l'on surnomme le Kafka de Sofia. La Bulgarie rurale et son folklore -comme dirait un guide de bon aloi- prennent en effet sous sa plume les teintes d'un chromo broussailleux et dissident. Comme des pantalons portés jusqu'au relâchement et à l'usure, finement portés par les bretelles aux pouvoirs enchanteurs d'un sorcier balkan, ces textes décousus déroulent la libre suite des idées et souvenirs d'un conteur hors-pair. Souvenirs de chevaux est de ceux-là, qui revient vers "le temps de l'imagination, de l'espoir, des loups blancs, du Tsigane aux pieds nus franchissant les congères à la recherche d'un trésor, le temps des légumes bizarres pour protonotaires, de la sarrasine..."
Le père, l'oncle Gavril, la vigne de Tsino "bleuie par le sulfate", la fille sourde-muette, les grenouilles ensorcelées et leurs histoires sont une part de la sarabande poétique de ces textes. Histoires, énumérations, bascules d'une terre et d'un monde aimés et disparus vers les rives d'un imaginaire qui fait revivre ces fantômes font palpiter un texte qui enivre et interroge. "Si je me suis permis de frapper au sommeil de ce monde, c'est parce que pour moi, il est comme l'art que nous respirons sans le remarquer car ce monde fait partie des maillons qui transportent modestement et presque insensiblement des fragments de l'être humain, c'est le ferment vivant, le sillon et la semence enfouie dans le pli de ma pauvre contrée du nord-ouest...". Superbe et magique comme le sont les meilleurs souvenirs.

Souvenirs de chevaux
Yordan Raditchkov
Traduit du bulgare
par Marie Vrinat-Nikolov
Fata Morgana
120 pages, 16 e

 Souvenirs de chevaux de Yordan Raditchkov

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Pierre Hild

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos