Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Charité
de
Mark Richard
Gallimard
15.50 €


Article paru dans le N° 043
Mars-mai 2003

par F.M.

*

    Charité

Le nouvelliste Mark Richard n'est pas tendre avec ses contemporains. Sans jamais évoquer les beaux quartiers et l'intolérance sociale qui parfois y règne, il multiplie les attaques détournées, montrant ce que deviennent les oubliés de l'American Way of Life, le chemin de la réussite à l'américaine. Les dix nouvelles qui composent ce recueil donnent surtout à voir quelques beaux spécimens de loosers nés, tous ceux qui n'auront jamais la chance de sortir la tête de l'eau. Pour cela, pas besoin de multiplier les effets de style, il suffit de donner à voir, grâce à une écriture très imagée, à quoi peut bien ressembler un monde où l'espoir a disparu.
La charge commence par les adultes, des contre-exemples évidents pour la jeunesse. Soûls la plupart du temps, psychopathes dans le meilleur des cas, psychotiques dans le pire, souvent violents même avec leurs enfants, ils ont perdu toute notion de valeur morale. Celui-ci torture son fils parce qu'il s'est parjuré (Engagement sur l'honneur), cet autre s'apprête à commettre un attentat contre le président (Plymouth Rock), celui-ci, Père Noël alcoolique, est mis à la porte d'un service pédiatrique où il était venu proposer ses services (Les Oiseaux pour Noël).
Dans cet univers où le non sens constitue le premier amendement d'une constitution tacite, les enfants ne sont pas mieux lotis. Les pires rancoeurs se traduisent chez eux par une rage sourde, témoin de leur impuissance. Alors, pour oublier "la racaille au coin de la rue en train de vendre des drogues" et le "38 Smith & Wesson chargé", il ne reste plus qu'à espérer un peu de chaleur humaine. "Je savais que jamais en ce monde elle ne saurait ce qu'elle me donnait à ce moment-là, les esprits qu'elle apaisait, tout simplement en me laissant me réchauffer contre elle" (Jamais en ce monde). Bien faible consolation pour "tous ceux qui depuis longtemps sont oubliés".

Charité
Mark Richard
Traduit de l'américain
par Sylvie Doizelet
Gallimard
134 pages, 15,50 e

 Charité de Mark Richard

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

F.M.

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos