Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

Cardiff dead
de
John Williams
Esprit des péninsules
22.00 €


Article paru dans le N° 075
Juillet-Août 2006

par Dominique Aussenac

*

    Cardiff dead

Qui se souvient de l'Arms Park de Cardiff ? Ses choeurs gallois, rugueux, terribles. Ses dragons rouges, le demi de mêlée au visage de poète romantique Gareth Edwards, les rouflaquettes de JPR Williams, Phil Bennett, leur décennie de domination sur le rugby européen. L'Arms Park a été détruit, remplacé par le Millenium, un stade immense taillé comme un bol avec un toit rétractable. Les ouvriers devenus chômeurs, virés du centre ville, les bistrots remplacés par des boutiques, les docks aménagés en lofts, Mazz ne reconnaît plus sa ville. Vingt ans qu'il a quitté Cardiff pour accompagner à la guitare des groupes de rock. Il revient enterrer un ami, Charlie Unger, tombé dans la dèche, l'alcool, l'oubli.
Ils avaient eu leurs heures de gloire au sein des Wurriyas, un combo ska de la veine des Specials. Charlie n'est pas mort naturellement. Mazz enquête. Il retrouve ses amis, ses amours, un plein de blues et de nostalgie. Le Pays de Galles avait deux gloires, la mine et le rugby. Thatcher a fermé les mines, l'équipe de Galles va beaucoup moins au charbon. Les temps sont au clinquant, au fric, au rénové. De troquets en boîtes de nuit, Mazz poursuit son propre examen de conscience. Qu'a-t-il fait de sa vie ? Comment a-t-il pu laisser avorter la femme qu'il aimait ? Pourquoi à 40 ans mène-t-il une vie de patachon ? Un roman plus introspectif que policier, au rythme tendre, languide, fouetté d'éclairs électriques. Malgré quelques longueurs. Un bel hymne d'amour à une ville. " Parce que le fait qu'il n'avait pas changé, c'était ce qui le rendait sexy mais c'était aussi ce qui le rendait impossible. Il n'avait pas changé : il était toujours guitariste. Il ne savait rien faire d'autre, tout juste s'il pouvait subvenir à ses propres besoins. "

Cardiff dead de John Williams
Traduit de l'anglais par Christine Raguet-Bouvart
10/18, 391 pages, 8,50 e

 Cardiff dead de John Williams

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Dominique Aussenac

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos