Le Matricule des Anges, magazine littéraire

   Le mensuel de la littérature contemporaine
acheter le Matriculeabonnementoffrir un abonnementanciens numeros

Les articles       

De Profundis
de
Arsène Houssaye
Emmanuel Obringer
22.11 €


Article paru dans le N° 035
Juillet-août 2001

par Eric Dussert

*

    De Profundis

Contrairement à ce qu'indique son titre, le De Profundis d'Arsène Houssaye (Housset dit, 1815-1896) est une oeuvre de la bonne humeur rédigée par un auteur en devenir. Publié en 1834 sous le pseudonyme d'Alfred Mousset -Houssaye singe ici Alfred de Musset_, ce livre n'a pas atteint la gloire du De profundis d'Oscar Wilde non plus que celle des futurs ouvrages d'Houssaye auquel une brillante carrière offrira tous les honneurs. Ce De Profundis-ci se présente, mi-figue mi-raisin, comme un livre à la fois astucieux et ironique. Il reste pourtant façonné dans le même bronze que les "romans romanesques" dont il détourne les trucs, l'imagerie, les topoï.
Récit des aventures sentimentales de trois jeunes gens et de leurs grisettes d'amies depuis les soirées parisiennes jusqu'à la terre d'Espagne, il offre une large palette des inspirations romantiques qui se sont exprimées dans le roman noir ou le "roman-charogne". C'est aussi un roman de la bohème : "Depuis un mois je suis ici; je deviens littérateur sans y penser, comme Jules Janin; pour toutes richesses j'ai des souvenirs, de belles idées, une action sur la gloire et une fortune dans l'avenir." On y voit un jeune artiste qui meurt jeune, deux apprentis écrivains qui ne manquent pas de rimes mais d'ors, un colonel joli-coeur et cynique, deux mères d'enfants naturels dont l'une se prostitue, un château en ruine, un dandy nommé Saint-Faust, une Espagnole folle qui nourrit son vieil amant de la chair des Français qui lui tombent sous la main, le tout sous la menace d'incestes à répétition. Mais le plus curieux de De Profundis reste la litanie des épigraphes dont Houssaye enrichit ses têtes de chapitre. Il y cite Fiscaro, son chien ("J'aime mieux être chien que poète"), Schiller ("Pauvre femme!"), ou ce dialogu

DE PROFUNDIS
ARSÈNE HOUSSAYE
La Chasse au Snark
248 pages, 145 FF (22,11 o)

 De Profundis de Arsène Houssaye

 

 

 

 

pub

 

© Le Matricule des Anges et ses rédacteurs

Eric Dussert

accueil l Le Matricule l courrier l forum l l articles l auteurs l vidéos